T'as vu l'info ?, France info

T'as vu l'info ? Quand j'entends ne pas m'arrêter en train

François  Fillon considère qu'il est dans "un train qui ne s'arrêtera pas" dans une interview au "Figaro" de mardi. Cela n'a pas échappé à Guy Birenbaum.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoGuy BirenbaumRadio France

Mis à jour le
publié le

François Fillon, Premier ministre dans la cabine d\'un TGV à Strasbourg, le 9 juin 2007.
François Fillon, Premier ministre dans la cabine d'un TGV à Strasbourg, le 9 juin 2007. (JEAN AYISSI / AFP)

Je veux alerter tout le monde, mardi 14 février, sur une déclaration de François Fillon qui m’a grandement inquiété. J’ai d’abord cru que j’avais mal compris le candidat Fillon mais ce matin sa déclaration est en pleine page, pleine bourre même, dans le Figaro, page cinq. Un titre que personne ne peut rater :  François Fillon compare sa candidature à "un train qui ne s’arrêtera pas" . Alors là j’aimerais que nous, justement, nous nous arrêtions sur l’image qu’a décidé d’utiliser le candidat de la droite, alors que sa candidature est en péril : "Un train qui ne s’arrêtera pas". Franchement, on se dit tout, est-ce que vous connaissez parmi vos amis, vos proches, quelqu’un qui a envie de monter dans "un train qui ne s’arrêtera pas" ? Moi non. Quand je monte dans un train, j’ai envie qu’il s’arrête, notamment arrivé à destination ! Sinon, ça s’appelle un film catastrophe et ça finit forcément très mal. Ce film est coréen et il existe : Snowpiercer. Une nouvelle ère glaciaire. Les derniers survivants ont pris place à bord du Snowpiercer, un train gigantesque condamné à tourner autour de la Terre sans jamais s’arrêter. Ca fait envie non ?

Au bout du bout un butoir

Imaginez l’annonce au départ du train de Mr Fillon : "Bonjour mesdames et messieurs, bienvenue à bord du TGV 2017, notre train ne s’arrêtera dans aucune gare, jamais et nous n’arriverons pas en retard car nous n’arriverons pas." Mais quelle angoisse ! En plus, on voit bien que si François Fillon déraille, c’est parce qu’il est plus habitué à voyager en Falcon qu’en train, parce que sinon, il saurait, monsieur Fillon, qu’au bout de la voie, au bout du quai, au bout du bout, il y a, selon le Larousse, "un obstacle artificiel placé à l'extrémité d'une voie ferrée en impasse, pour arrêter les véhicules qui viendraient à l'atteindre" ! Un "butoir" ça s’appelle ! Allez… Je vous laisse, j’entends justement un train qui arrive :

Le dicton du jour

À la Saint Valentin, Fillon ne sait pas comment arrêter son train.


Quand j’entends arrêter le train par franceinfo

François Fillon, Premier ministre dans la cabine d\'un TGV à Strasbourg, le 9 juin 2007.
François Fillon, Premier ministre dans la cabine d'un TGV à Strasbourg, le 9 juin 2007. (JEAN AYISSI / AFP)