Savoir être, France info

Quand l'enfant "oublie" la langue paternelle

Que faire quand, dans le cadre d'un couple bi-national, un enfant bloque sur la langue d’un de ses parents, qu'il parlait pourtant couramment depuis sa naissance ? Faut-il s'en inquiéter et comment sortir de cette impasse langagière ? Les réponses de la psychanalyste Claude Halmos, avec Bruno Denaes.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Enfants bilingues © Fotolia)

Catherine a quatre enfants d'un à dix ans. Leur père est Allemand et la petite famille a vécu pendant six ans dans son pays d'origine, l'Allemagne. Cependant, l'année dernière, ils sont tous rentrés en France et ils ont été hébergés pendant quelque temps par la mère de Catherine. Les enfants se sont bien adaptés, sauf le garçon de huit ans, qui a "oublié" la langue allemande et refuse d’écrire à ses copains allemands. Catherine nous parle d’un "trou noir" qui l’inquiète. L'analyse de la psychnalyste Claude Halmos.

Posez vos questions ICI (questions liées aux enfants, à la famille, au monde du travail ou à l'actualité)

La sélection de livres de Bruno Denaes 

* Petit traité du compromis. L’art de  la concession , Christian Thuderoz (Ed. PUF).  Le compromis incarne une pratique de la mesure, de l’équilibre et de la juste répartition des droits et des devoirs. Mais pourquoi, quand et comment concéder ? Ce livre propose de comprendre le mécanisme du compromis.

* Le grand livre de ma grossesse , dirigé par le Pr Jacques Lansac (Ed. Eyrolles) . Des spécialistes  de tous les domaines de la grossesse et de l’accouchement répondent à toutes les questions que se posent de futurs parents. Un ouvrage très complet de 500 pages, 140 schémas explicatifs, 45 échographies analysées et une vingtaine de vidéos…

* Ces rêves qui vous protègent et vous guérissent , Christiane Riedel (Ed. Trajectoire) . Cette spécialiste de l’interprétation des rêves met en évidence le pouvoir thérapeutique des rêves. Elle s’appuie sur plus d’une centaine de témoignages pour décrypter la signification des rêves et montrer ce qu’ils peuvent nous apporter pour notre intégrité physique et psychique.

* La peine d’être vécue , Priscille Deborah (Ed. Les Arènes) . Le témoignage bouleversant de cette maman, prisonnière d’un drame familial, rattrapée par la dépression, amputée après une tentative de suicide, et qui, aujourd’hui, avec son compagnon et ses deux filles, affirme que la vie vaut la peine d’être vécue.

* Je suis bipolaire mais le bonheur ne me fait pas peur , Hélène Pérignon (Ed. Hugo-Doc). Hélène a 45 ans et elle est bi-polaire. Dans cet ouvrage, elle nous raconte sa vie quotidienne de maniaco-dépressive. Un livre plein d’espoir qui nous montre que, malgré cette maladie très pénible, on peut réussir à vivre et à être heureuse en dominant le démon qui vous ronge.

(Enfants bilingues © Fotolia)