Épargne des Français : "L'idéal aurait été qu'on diminue la fabrication de canons, et qu'on augmente les moyens de la guerre climatique" estime Jean Viard

Plus de 551 milliards d'euros sous le matelas des Français, d'après les chiffres de la Caisse des Dépôts : l'épargne du livret A et du livret de développement durable et solidaire va désormais, en partie, financer l'industrie de la défense française. C'est notre question de société du jour avec le sociologue Jean Viard.
Article rédigé par franceinfo - Mathilde Romagnan
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 258 min
Comment financer l'industrie de la défense en ces temps de conflits, la transition écologique et financer les investissements pour gagner la guerre climatique ? L'épargne des Français s'élève à 551 milliards d'euros, selon la banque des Dépôts (Livret A et livret de développement durable et solidaire). (DBENITOSTOCK / MOMENT RF / GETTY IMAGES)

C'est un bas de laine bien rempli qui attire les convoitises, le livret A et le livret de développement durable et solidaire. Plus de 551 milliards d'euros épargnés par les Français, d'après la Caisse des Dépôts.

Jusqu'à maintenant, cet argent sert à soutenir la création et le développement de PME des projets dans la transition énergétique, ou dans l'économie sociale et solidaire, ou encore dans le logement social. Ce sera toujours le cas, mais une autre partie de cette épargne va désormais servir à financer l'industrie de la défense française. Le décryptage du sociologue Jean Viard.

franceinfo : Ça veut dire que, de fait, presque tous les Français vont participer à ce financement de l'industrie de la défense ?

Jean Viard : Absolument. Alors bien sûr, c'est une évolution, c'est un peu surprenant comme information, mais en même temps, c'est logique, parce qu'il y a beaucoup d'épargne. Il y a, d'une part, l'épargne du Covid, on n'a pas pu consommer – c'est la moitié supérieure de la société qui a mis de l'argent de côté. Et puis en ce moment, avec l'inflation, il y a une épargne un peu différente, c'est une épargne de peur. En plus, avec ce qui se passe au Moyen-Orient, et en Ukraine, et il y a plein de gens qui se disent : on ne sait pas comment ça va évoluer, donc je serre les boulons. ce sont ces deux types d'épargne qui font que le taux d'épargne monte.

Après, c'est vrai que l'année dernière, je crois qu'on est monté à 2000 milliards sur la planète entière, pour les investissements militaires. On avait espéré, après la fin de la guerre froide, qu'on allait désinvestir dans le militaire, et on se rend compte que ce n'est pas le cas : les sociétés se réarment, ce qui est une mauvaise nouvelle, pour moi c'est une tragédie bien sûr.

Et la guerre en Ukraine montre bien que les nouvelles guerres seront des guerres beaucoup plus technologiques, appuyées sur l'IA, sur le numérique, et qu'au fond, on a liquidé nos vieux obus en Ukraine, et maintenant on voit bien que la demande des Ukrainiens, ce sont des techniques beaucoup plus modernes, beaucoup plus innovantes. Donc il y a un énorme champ d'innovations.

Le système, qu'on appelle militaro-industriel, autour de lui, il y a plein de PME, plein de sous-traitants, plein de compétences et d'ingénieurs. Ça fait partie de la relance de la révolution industrielle, qui est une nouvelle révolution industrielle, une révolution industrielle bâtie notamment énormément sur le vivant, bâtie sur l'IA, qui est une des réponses au réchauffement climatique.

Thomas Gassilloud, député Renaissance et président de la commission Défense à l'Assemblée nationale, trouve la mesure justifiée dans le cadre de la montée en puissance de l'économie de guerre. Ça concerne donc aussi la France ?

Oui absolument, et l'économie de guerre, ça concerne tout le monde. L'Europe s'était déséquipée depuis la fin de la guerre froide, l'Allemagne s'était énormément déséquipée. Les Allemands viennent de mettre des sommes considérables, et ce qui est terrible, c'est que le véritable ennemi en ce moment, c'est le réchauffement climatique.

La question, c'est comment on protège les gens ? Alors bien sûr, il faut des fusils, des canons, mais il faut surtout gagner la bataille climatique, quelle est la production de CO2, avoir un nouveau respect des écosystèmes. C'est clair que l'idéal aurait été qu'on diminue la fabrication de canons, et qu'on augmente effectivement les moyens de la guerre climatique.

L'idée du gouvernement, c'est aussi d'augmenter en même temps les dépenses pour la transition écologique dans le prochain budget, 7 milliards d'euros pour le logement, le transport, l'énergie ou encore la biodiversité. Une planification pluriannuelle aussi. Mais ça pose cette question à long terme : où trouver les milliards pour enjamber le mur d'investissements ?

On est entré dans ce que j'appelle la troisième guerre mondiale, effectivement, l'humanité se rassemble pour un combat contre une nature qu'elle a déréglée. Une bonne partie sera financée par le privé, par chacun d'entre nous, qui changeons une fenêtre, isolons une pièce, modifiant petit à petit nos voitures... Et puis il y a effectivement besoin d'argent public. Pour arriver à augmenter encore, il va falloir serrer les boulons quelque part. Les Allemands viennent de décider de travailler plus, pour augmenter le financement.

Soit il faut travailler plus, soit il faut dépenser moins, soit il faut baisser la solidarité. Il faut savoir ne pas faire des investissements inutiles, des autoroutes, des choses qui ne sont pas vraiment indispensables. Donc, ça va être le grand débat des prochaines années, c'est comment on réorganise au fond l'espace public, les financements publics, alors qu'on sait aussi qu'on a besoin d'enfants dans les écoles, on a besoin de policiers.

C'est le grand débat de société : comment on réorganise la machine publique pour gagner la guerre climatique. Je suis sûr qu'on va la gagner, mais il faut qu'on accélère.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.