Prenez soin de vous, France info

Prenez soin de vous. Aérez votre domicile

Tous les jours, Edwige Coupez propose des clés et des conseils pour le bien-être au quotidien. Aujourd'hui, les bons gestes pour réduire la pollution de l'air intérieur. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des appartements dans des immeubes parisiens.
Des appartements dans des immeubes parisiens. (MAXPPP)

Trois enfants sur quatre respirent un air pollué en France, selon un rapport de l’Unicef en mars dernier. Cette pollution est aussi responsable de sept millions de morts dans le monde, selon l’OMS. Mais mauvaise nouvelle, il n’y a pas que l’air de nos villes qui est pollué. L’air que nous respirons chez nous n’est pas aussi pur que nous avons envie de le croire! Il est même régulièrement plus pollué qu’à l’extérieur, selon AirParif, qui surveille la qualité de l’air en Ile de France.

Trois Français sur quatre estiment pourtant que leur logement est relativement épargné par cette pollution, selon un sondage Elabe pour Veolia, qui intervient sur la qualité de l’air dans les bâtiments publics. Les effets sur la santé et le bien être peuvent pourtant être importants. D’autant que nous passons en moyenne 85% de notre temps dans des endroits fermés (chez nous, au bureau, à l’école ou dans les transports). Cela va de la simple gêne (odeur, maux de tête, irritation de la peau ou des yeux) à des maladies aiguës ou chroniques comme des allergies respiratoires, de l’asthme, des cancers, ou des intoxications mortelles. Selon une étude de l’Anses, l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’environnement en 2014, cette pollution domestique engendre près de 20 mille morts et coûte 19 milliards d’euros par an.

Des sources de pollution évidentes et moins connues

La fumée de tabac, les appareils de chauffage ou les chauffe-eau mal entretenus, les moisissures. D'autres sont moins connues : les polluants chimiques émis par les meubles en bois aggloméré ou contreplaqué, les matériaux d’isolation, et les poils d'animaux. Ce que près de 40% des Français considèrent à tord comme peu importants, selon le sondage Elabe : les peintures, les colles, les désodorisants d’intérieur, les produits ménager, la poussière, les acariens, les bougies, encens et autres parfums d’ambiance.

Le premier geste à faire pour limiter cette pollution intérieur est d’aérer dix minutes tous les jours, quelque soit le temps. Faites-le aussi quand vous bricolez, quand vous prenez votre douche ou que vous faites séchez du linge. Pour renouveler l'air, il y a aussi les systèmes de ventilation, naturelle ou mécanique, obligatoires dans tous les logements construits après 1970. Ne bouchez pas les entrées d'air et dépoussiérez les régulièrement. Pour réduire les polluants, ne fumez pas chez vous et limitez les produits d'entretien. Préférez les écolabels. Enfin pour les allergènes et les acariens, passez l'aspirateur régulièrement et pensez à changer les sacs. Pour connaître tous les bons gestes, vous pouvez télécharger ici le guide de la pollution intérieur élaboré par l'Inpes et Santé Publique France.

Des appartements dans des immeubes parisiens.
Des appartements dans des immeubes parisiens. (MAXPPP)