On s'y emploie, France info

On s'y emploie. Les femmes et les violences sexistes au travail

"On s'y emploie", c'est tous les dimanches un gros plan sur le monde du travail. Une femme sur cinq dit avoir subi une agression sexuelle au travail, selon un récent sondage.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Photo d\'illustration d\'harcèlement sexuel. 
Photo d'illustration d'harcèlement sexuel.  (MAXPPP)

La journée de la femme, jeudi 8 mars, aura un écho particulier après l'affaire Weinstein et le mouvement #metoo, et sa déclinaison #balancetonporc en France. Un sondage réalisé auprès de 1.000 femmes actives révèle qu'une femme sur cinq a déjà subi une agression dans le cadre professionnel.

Arnaud Devigne est directeur général France d'Indeed, un moteur de recherche d'emploi, avec l'institut Yougov auprès de plus de 1.000 femmes actives. Il est l'invité de "On s'y emploie".

Les chiffres de cette étude

Quels sont les chiffres de cette étude qui montrent que les violences sexistes sont monnaie courante dans le monde du travail ? Et dans quelles circonstances ?

Arnaud Devigne : on a en effet près d'un tiers des femmes actives en France qui estiment avoir été victimes de commentaires sexistes au cours de leur vie professionnelle. On en a également 20% qui disent avoir été victimes d'une agression dans le cadre professionnel.

Que disent les femmes sur les freins qui les empêchent de progresser dans leur carrière ?

Arnaud Devigne : ce qui ressort, notamment chez les cadres, c'est la maternité qui est le principal frein à l'évolution de carrière, ou même la suspicion de maternité.

Est-ce que la mauvaise répartition des tâches ménagères pèse encore sur le travail des femmes ?

Arnaud Devigne : 75% des femmes sont aujourd'hui en charge des tâches ménagères. Elles portent la charge mentale, elles se sentent responsables de la vie du foyer. 

Que réclament les femmes pour une meilleure conciliation de vie ?

Arnaud Devigne : elles veulent de la flexibilité, télé travailler, des horaires aménagés. Il y a un autre dispositif, c'est étendre le congé paternité, avec par exemple un compte temps que le couple peut se partager comme bon lui semble. On a 65% des femmes qui sont favorable à l'allongement du congé paternité;

Les femmes que vous avez interrogées ont-elles l'espoir que les choses s'améliorent ?

Arnaud Devigne : "Elles sont 38% à estimer que l'égalité salariale va s'améliorer dans les années à venir".

Photo d\'illustration d\'harcèlement sexuel. 
Photo d'illustration d'harcèlement sexuel.  (MAXPPP)