On s'y emploie, France info

On s'y emploie. Le pouvoir rend-il fou ?

Chez les dirigeants d'entreprise ou les responsables politiques, la conquête du pouvoir produit des effets sur le cerveau. Explications.  

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Après la conquête du pouvoir, il peut y avoir des failles dans le contrôle émotionnel...
Après la conquête du pouvoir, il peut y avoir des failles dans le contrôle émotionnel... (GETTY IMAGES)

Le pouvoir rend-il fou ? Chez les hommes politiques, mais aussi dans l'entreprise ? 
C'est l'objet d'un livre qui sort cette semaine et qui répond à cette question en faisant référence aux neurosciences : Le pouvoir rend fou ?  d'Erwan Deweze, consultant en neurosciences et management, auteur de nombreux livres sur la question.

franceinfo : Vous expliquez que la conquête du pouvoir fait osciller l'individu "entre grande jouissance et immense souffrance"...

Erwan Deweze : Cette conquête passe par des phases de toute-puissance, d'isolement, d'hyper stress, d'hyper activité, de surcharge mentale... Autant de sentiments très sollicitants pour le cerveau et auxquels il convient de se préparer mentalement.

Quand on devient Numéro 1 dans l'entreprise, c'est la même chose qu'en politique ou dans le showbiz ?

Quand on est dans la conquête du pouvoir, il se passe des choses dans le cerveau, il y a de la dopamine, de la testostérone... Et donc il faut avoir un niveau de maîtrise de soi et de régulation émotionnelle extrèmement important. Il est assez compréhensible que, quand on arrive au but, il y ait un certain relâchement et une tentattion, finalement, à lâcher prise et à ne plus être dans cet hyper contrôle émotionnel. Et donc il faut faire attention car les dysfonctionnnements ne sont pas loin.

Après la conquête du pouvoir, il peut y avoir des failles dans le contrôle émotionnel...
Après la conquête du pouvoir, il peut y avoir des failles dans le contrôle émotionnel... (GETTY IMAGES)