On ne pouvait pas le rater, France info

On ne pouvait pas le rater. Ode à la radio (et à ses auditeurs)

La radio perd des auditeurs, c'est évident. Mais que faire ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une chaîne HI-FI calée sur franceinfo.
Une chaîne HI-FI calée sur franceinfo. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)

Médiamétrie publie les résultats des audiences de la radio, mercredi 20 novembre. Qui est premier, qui est deuxième qui n'arrive pas à se relever, qui écoute quoi, mais surtout, qui écoute encore la radio.

La radio, en général, la radio en tant que média, notre radio va mal. Vous êtes plus d'un million à avoir éteint le poste en un an. Alors, auditeur, où es-tu passé ? La faute à qui, à quoi, je ne sais pas. Tu as tes raisons, elles sont intimes.

Rallume !

Mais je t'en prie reviens, reviens à la maison, rallume le poste ! Reviens écouter la radio ! Parce qu'on est bien tous les deux. Toi et moi en pleine nuit quand il se passe quelque chose, comme un doudou. C'est contre moi que tu te blottis, c'est moi qui  viens te réveiller. On est bien ensemble, toi et moi au petit matin. Toi et moi pour commencer ta journée. Des mots, des phrases, des émotions qui atténuent le bruit de ta machine à café.

La radio, s'est se mettre à nu. Toi dans ta douche, moi au micro. La radio c'est ce qu'il y a de plus intime. C'est toi et moi dans ton salon. Il n'y a qu'à la radio que tu peux entendre un ministre qui démissionne. Un grand homme comme Coluche qui lance une grande cause comme Les Restos du cœur, c'est à la radio.

Alors, reviens. Reviens écouter la radio ! La radio, c'est toi et moi, par tous les temps, pour tout le monde, toutes les générations. La radio c'est maintenant, tout de suite, comme un café instantané. La radio, ça secoue et c'est drôle. Alors reviens, reviens à la maison te mettre à l'abri. Ecouter le monde, entendre le bruit qu'il fait. Rallume ton poste ! On a encore des choses à se raconter !

Une chaîne HI-FI calée sur franceinfo.
Une chaîne HI-FI calée sur franceinfo. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)