On ne pouvait pas le rater : la cravate fait-elle le candidat à la présidentielle ?

écouter (3min)

Dimanche 30 janvier, Yannick Jadot, le candidat écologiste à l'élection présidentielle, a porté une cravate lors d'une interview sur TF1. Une première qui n'a pas échappé à Olivia Leray.

Article rédigé par
Olivia Leray - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Dimanche 30 janvier, Yannick Jadot, le candidat écologiste à l'élection présidentielle, lors d'une interview sur TF1. (JULIEN DE ROSA / AFP)

On l'attendait. Et bien, ça y est, on est au tournant de cette campagne  présidentielle. Tout est parti de ça : il y a quelques jours sur France inter, un auditeur a posé une question à Yannick Jadot: "Porterez-vous, un jour, la cravate si vous êtes président de la République ? Vous pourriez porter une cravate verte, par exemple"

Enfin des vrais sujets ! Et la réponse de Yannick Jadot : "La question se pose... Je vais vous le dire très honnêtement : à un moment donné, je sortirais la cravate".

Et ce moment donné est arrivé dimanche 30 janvier au JT de 20h de TF1. Pour la première fois dans sa carrière politique, Yannick Jadot a donc mis une cravate. 

Le sujet est monté sur les réseaux sociaux, dans la presse, Paris Match s'interroge : "Imagine-t-on le général de Gaulle ne pas porter de cravate ?" L'équipe de Yannick Jadot a même évoqué le sujet sur sa chaîne Twitch lundi 31 janvier, avec ce conseil mode : il faut porter la cravate de façon détachée, si vous voulez respecter le look écolo.

Il faut dire que cette histoire de cravate, c'est tout une histoire. Et depuis toujours, ça nous passionne la mode. 1985 : Jack Lang, ministre de la Culture tente une petite folie à l'Assemblée avec le col mao. En 2016, Nicolas Sarkozy place un petit tacle sur le style d'Emmanuel Macron sans cravate à l'époque... 

Mais évidemment, cette chronique ne pouvait pas se terminer autrement qu'avec le "King", le roi, le seigneur de la cravate, souvent critiqué, jamais égalé : François Hollande aura donc le mot de la fin. "Je vais revenir sur cette histoire de cravate de travers. C'est l'action qui compte, ce n'est pas l'apparence. Il vaut mieux une cravate de travers et une pensée droite que le contraire". Et toc.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.