Tim Cook et Elon Musk : le tête-à-tête qui tombe à pic

écouter (3min)

Cinq semaines après le rachat de Twitter, Elon Musk a obtenu l’assurance que l’app ne serait pas retirée de l’App Store par Apple. En tout cas, c’est ce qu’affirme le nouveau propriétaire du réseau social, après son rendez-vous surprise avec Tim Cook au siège d’Apple.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le logo de Twitter au siège socila de San Francisco en Californie, le 28 octobre 2022.  (CONSTANZA HEVIA / AFP)

Ils s’étaient déjà croisés mais ne s’étaient jamais vus en tête-à-tête. Ils ne s’étaient même jamais parlés au téléphone. C’est dire si ce tweet d'Elon Musk a surpris. Dans la vidéo qui l'accompagne, la silhouette des deux patrons – sans qu'on puisse reconnaître Tim Cook avec certitude – se reflète dans l'eau du bassin de méditation au centre de l'Apple Park, siège social d'Apple à Cupertino (Californie).

Ce rendez-vous, mercredi 30 novembre, semblait totalement improbable, à peine 48h après une série de nouveaux tweets d’Elon Musk qui prenait Apple pour cible. Il y affirmait notamment que le créateur de l'iPhone envisageait de supprimer Twitter de son magasin d’applications mobiles et que lui, Elon Musk, était prêt à marcher sur les plates-bandes d’Apple et Google, si besoin, en lançant son propre smartphone.

Le climat était électrique

Et c’est peut-être justement ce qui a déclenché ce rendez-vous très opportun, à l’initiative de qui, on ne sait pas. Quelques heures plus tard, Tim Cook s’envolait pour Washington pour rencontrer plusieurs parlementaires républicains. Et cette rencontre, tellement improbable, a pu servir de gage de bonne volonté de la part du CEO d'Apple, qui défend son monopole sur la distribution des applications pour le milliard d'iPhone en circulation à travers le monde, contre une commission contestée de 30% sur tous les achats.

Pas de suppression en vue de l’appli Twitter donc, selon Elon Musk : “le malentendu est dissipé", a-t-il assuré dans un 2e tweet. Apple, dans le règlement de l’App Store, interdit portant tout discours de haine. Or, le retour  – prévu cette semaine – des comptes bannis par la direction précédente de Twitter peut laisser craindre un certain nombre de débordements, d’autant plus que la modération semble avoir disparu. Le dernier indice en date concerne les fausses informations à propos du Covis-19. Twitter a indiqué ne plus appliquer sa propre charte de lutte contre la désinformation au sujet du virus et des vaccins, depuis le 23 novembre.

Apple n’a pas confirmé mais n’a pas démenti non plus les tweets rassurants d’Elon Musk, à propos de l’App Store. C’est probablement que Tim Cook a reçu un certain nombre de garanties du nouveau propriétaire de Twitter, mais tout ceci reste à confirmer.

"Merci Tim Cook de m'avoir montré le magnifique QG d'Apple."

Elon Musk, nouveau propriétaire de Twitter

sur Twitter

En attendant, toujours selon Elon Musk, Twitter s’est rarement aussi bien porté. Le propriétaire de Tesla et Space X annonce plus de 2 millions de nouveaux utilisateurs, chaque jour, pendant la semaine du 16 novembre mais il oublie, au passage, de préciser combien ont quitté le réseau depuis le rachat.

Assurément, l’avenir n’apparaît pas tout rose pour Twitter : tout d’abord, l’Europe attend le réseau social au tournant avec l’application prochaine du DSA, la nouvelle législation sur les services numériques, comme l’a rappelé Thierry Breton, cette semaine.

Et puis, le point noir, ce sont les rentrées publicitaires en berne. Apple a levé le pied, comme beaucoup d’autres marques. Apple, 1er annonceur sur Twitter au 1er trimestre. Sur ce point aussi, Elon Musk a peut-être reçu des garanties de Tim Cook, le CEO d’Apple qui n’a ni communiqué, ni tweeté leur rencontre mais qui, depuis mercredi, suit un 70è compte sur Twitter : celui d’Elon Musk. Il y a 6 ans, le même Tim Cook n’avait même pas daigné le prendre au téléphone, au moment où il cherchait à sauver Tesla, alors en très grande difficulté.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.