Nouveau monde, France info

Nouveau monde. Il y a dix ans, Apple accouchait de l’iPhone dans la douleur

L’iPhone d’Apple aura dix ans dans quelques jours. Un livre, qui sort mardi aux États-Unis, raconte comment le smartphone mythique de la marque américaine a vu le jour. 

(ANDREW BURTON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

C'est bientôt l'anniversaire d'un objet qui partage aujourd'hui le quotidien de plusieurs millions de personnes à travers le monde. L’iPhone d’Apple aura dix ans le 29 juin. Un livre sorti mardi 20 juin aux États-Unis raconte comment le smartphone mythique de la marque américaine a vu le jour. 

L’histoire de l’iPhone remonte au début des années 2000. Et le récit qu’en fait le journaliste Brian Merchant dans son livre One Device: the Secret History of the iPhone (LittleBrown) est riche en révélations.

"Pour les ringards"

A cette époque, Apple domine le marché de la musique numérique avec l’iPod mais ne conçoit pas de téléphones. Quelques marques, pourtant, commencent à proposer des téléphones mobiles qui permettent d’écouter de la musique en MP3. Apple a peur de rater le coche et décide de se lancer sur ce marché. Mais ce n’est pas simple.

Apple envisage, tout d’abord, de racheter le fabriquant Motorola. Trop cher. La marque à la pomme se contente de passer un accord avec la marque américaine de téléphonie mobile, ce qui débouche sur le Rokr, un téléphone mobile compatible avec la plateforme musicale iTunes d’Apple. Mais le produit est nul. En fait, il est volontairement bridé par Steve Jobs qui n’est pas convaincu par le concept. Le créateur d’Apple estime qu’un tel appareil hybride, c’est pour les "ringards".

On a échappé à un "iPod-Phone"

En 2004, un employé d’Apple, Mike Bell, parvient à convaincre son patron de fabriquer son propre produit. Il y aura alors deux clans. D’un côté, ceux qui veulent fabriquer un "iPod-Phone", c'est-à-dire un iPod enrichi avec une fonction téléphonique, reprenant le principe de la roue centrale de l’iPod. C’est notamment la position de Tony Fadell, créateur de… l’iPod. D’un autre côté, il y a ceux, emmenés par Scott Forstall, qui veulent aller beaucoup plus loin et inventer une tablette tactile dotée de nombreuses fonctions, une sorte d’iPad avant l’heure qu’il faudra miniaturiser. Il y a aussi la ligne de fracture entre ceux qui veulent un clavier tactile et ceux, comme Phil Schiller, qui préfèrent un clavier à touches.

Secret absolu et divorces

Le projet, baptisé "Violet", est lancé. Ce sera un véritable enfer, si l’on en croit Brian Merchant. Pour éviter les fuites d’informations, Steve Jobs, obsédé par le secret, enferme ses ingénieurs dans des salles sans fenêtres, hyper-sécurisées, où même les services de nettoyage n’ont pas le droit d’entrer. Il tyrannise ses employés pour que ceux-ci ne disent rien à personne, ce qui occasionnera plusieurs divorces. En interne, l’équipe "Violet" débauche les meilleurs ingénieurs dans tous les services sans leur dire sur quoi ils vont travailler, ce qui engendre des luttes intestines. Sans oublier les délais infernaux imposés par Steve Jobs.

Finalement, l’iPhone est dévoilé le 9 janvier 2007. Celui-ci ne fonctionne quasiment pas car il est bourré de bugs et il faut ruser pour tromper la galerie lors du "keynote". L’appareil sera malgré tout commercialisé le 29 juin 2007. Dix ans plus tard, Apple en a vendu près d’un milliard et est devenu un poids-lourd mondial du secteur.

(ANDREW BURTON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)