Nouveau monde, France info

Nouveau monde. La France réfléchit à l'impact de l’intelligence artificielle

Paris accueille mercredi et jeudi une conférence internationale sur l’intelligence artificielle "éthique et responsable".

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
des drones pourraient prendre l\'initiative de tirer sur l\'ennemi grace à l\'intelligence artificielle. Photo d\'illustration.
des drones pourraient prendre l'initiative de tirer sur l'ennemi grace à l'intelligence artificielle. Photo d'illustration. (MAXPPP)

Paris accueille mercredi 30  et jeudi 31 octobre une conférence internationale sur l’intelligence artificielle "éthique et responsable". Comment tirer parti de l’intelligence artificielle sans en subir les inconvénients ? Comment éviter, par exemple, que des logiciels ne reproduisent nos préjugés machistes ou racistes ? Faut-il autoriser les robots-tueurs ? Quel va être l’impact de l’IA sur le marché de l’emploi ? Autant de questions en débat à Paris au Global Forum on AI for Humanity (GFAIH), à Paris. Autrement dit, on parle d’intelligence artificielle au service de l’humanité. Vaste programme.

Il s’agit d’une initiative publique, voulue et annoncée par Emmanuel Macron il y a un an, qui réunit 450 experts de 24 pays et qui devrait déboucher sur une sorte de  "GIEC de l’intelligence artificielle", un groupe international de travail pour les années à venir. Le chef de l’État intervient d’ailleurs sur place aujourd'hui.

Des questions nombreuses

Les questions qui concernent l’intelligence artificielle sont innombrables : sécurité, confidentialité, éthique, économiques, etc. Par exemple, on ne sait pas encore vraiment si l’intelligence artificielle va remplacer des emplois ou simplement des tâches au sein de certains métiers. Aujourd’hui, des logiciels d’IA sont parfaitement capables d’analyser des radiographies ou de tenir des livres comptables mais les radiologues et les comptables sont-ils réellement menacés ou bien leurs métiers vont simplement évoluer ? Comment ces professionnels, et bien d’autres, vont-ils s’adapter ? Quels seront les nouveaux métiers qui verront le jour ? 

On est encore très loin, aujourd’hui, d’une "IA forte" qui pourrait réellement "réfléchir". On utilise de "l’IA faible" qui se contente de brasser de grandes quantités de données à toute vitesse. Cependant, cela change déjà beaucoup de choses.

De nouvelles règles pour l’intelligence artificielle ?

L’un des objets de cette conférence de Paris est notamment de réfléchir à l’établissement possible de nouvelles normes. Par exemple, doit-on utiliser les armes autonomes, qui décideraient seules d’ouvrir le feu sur un ennemi supposé ? Les avis sont partagés selon les pays sur cette question et, en même temps, ceux qui ont le pouvoir de décision s’appuient de plus en plus sur des outils à base d’IA. On voit donc que la frontière est mince.

En avril dernier, la Commission européenne a publié sept recommandations pour une IA éthique : contrôle humain, respect de la vie privée, sécurité, transparence, etc. Tout cela montre que l’on est encore au tout début de l’histoire.

des drones pourraient prendre l\'initiative de tirer sur l\'ennemi grace à l\'intelligence artificielle. Photo d\'illustration.
des drones pourraient prendre l'initiative de tirer sur l'ennemi grace à l'intelligence artificielle. Photo d'illustration. (MAXPPP)