Nouveau monde, France info

Nouveau monde. Facebook collecte-t-il abusivement les traces de nos appels téléphoniques ?

Facebook conserverait aussi les traces de nos appels téléphoniques. Toutefois, il ne s’agit pas du contenu des appels et messages mais uniquement des métadonnées.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une page Facebook avec le portrait de Mark Zuckerberg, patron de ce réseau social. 
Une page Facebook avec le portrait de Mark Zuckerberg, patron de ce réseau social.  (MLADEN ANTONOV / AFP)

Facebook est décidemment dans l’œil du cyclone. Après le scandale Cambridge Analytica et l’utilisation abusive des données personnelles de millions de membres, on découvre que le réseau social conserverait aussi les traces de nos appels téléphoniques. Qu'en est-il exactement ? 

L’étincelle est venue d’un internaute néo-zélandais qui a expliqué sur Twitter qu’après avoir téléchargé tout son historique Facebook il y avait découvert les traces des appels téléphoniques et SMS échangés avec son smartphone. Précision : il ne s’agit pas du contenu des appels et messages mais uniquement des métadonnées, c'est-à-dire les dates, heures, durées et numéros de correspondants.

Une autorisation accordée par l'utilisateur

Après cette révélation, plusieurs médias se sont livrés à l’exercice (01net, Le Figaro, Numerama…). On découvre alors que ce problème ne concerne que les smartphones Android et uniquement sous Android 5.1 (sorti en 2015). Ce que confirme Facebook. On comprend aussi qu’il s’agit visiblement d’une question de paramétrage et d’autorisation accordée aux applications par chaque utilisateur.

On ne peut donc pas parler de collecte abusive. A noter également que ce problème ne concerne pas seulement Facebook. En revanche, on peut s’interroger sur le manque d’information et de transparence qui conduit parfois les utilisateurs à autoriser tout et n’importe quoi sans réaliser les conséquences. 

Une page Facebook avec le portrait de Mark Zuckerberg, patron de ce réseau social. 
Une page Facebook avec le portrait de Mark Zuckerberg, patron de ce réseau social.  (MLADEN ANTONOV / AFP)