Cet article date de plus de six ans.

Le plaisir troublant de la réalité virtuelle

écouter (8min)
Ce qui était encore une curiosité technologique il y a peu est désormais un produit grand public. Nous avons (longuement) testé le masque HTC Vive qui vient de sortir. Impressions.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (Séance de réalité virtuelle avec un jeu d'apprenti chirurgien un peu déjanté © JC)

Réalité parallèle

C’est une banalité de le dire mais il faut le rappeler : un masque de RV (Réalité Virtuelle) vous plonge totalement dans un autre monde, un monde en images de synthèse pas forcément réaliste mais hautement immersif. On ne voit plus le monde extérieur et le son augmente encore la sensation d’immersion. Le résultat est troublant, agréable et fascinant. Les images du HTC Vive sont très fluides, l’interface est très réactive. Déstabilisant, lorsque quelqu’un vous touche « en vrai » alors que vous avez l'impression de vous trouver, par exemple, au milieu d’un désert. Dangereux aussi. Nous avons failli tomber en voulant nous appuyer sur un mur qui n’existait pas. Le HTC Vive s’utilise, en effet, de préférence debout, contrairement à l’Oculus Rift qui est plutôt conçu pour une utilisation en position assise, comme un jeu vidéo traditionnel.

Des contenus encore expérimentaux

Que fait-on lorsqu’on porte ce masque sur la figure ? D’abord, du jeu vidéo, bien sûr ! Une petite séance de survie au révolver contre des zombies ne fait jamais de mal. On vous recommande aussi ce jeu qui se déroule dans une ambiance de bureau où l’on peut jeter à la tête de ses collègues n’importe quel objet (agrafeuse, tasse à café, etc.). Cela peut-t-il remplacer le jeu vidéo traditionnel ? Pas sûr car on s’imagine difficilement durant plusieurs heures avec un tel harnachement sur la tête, sans compter les effets d’une perte prolongée de contact avec la réalité. En revanche, on imagine assez bien des séquences en RV complétant un jeu traditionnel sur téléviseur. C’est vers cela que s’orienterait d’ailleurs Sony avec son masque Playstation VR (à venir).

Art et… sexe

Autre type de contenu : le programme Tilt Brush de Google, livré avec le HTC Vive, permet de peindre et de dessiner en 3D. Très facile à prendre en main, cette application autorise toutes sortes de créations pour un résultat assez bluffant. Comme il s’agit de 3D, on peut tourner autour de ses œuvres et leur donner de l’épaisseur. Des artistes s’en sont emparés, en faisant un nouveau mode d’expression artistique à part entière. Enfin, la pornographie arrive dans les masques de réalité virtuelle et même… le sexe virtuel avec toutes sortes d’accessoires que nous ne détaillerons pas ici. Bref, voilà un outil assez révolutionnaire dont on est loin d’avoir réalisé tous les contours et toutes les applications possibles. Y compris les possibles effets pervers comme la perte de repères. Espérons-le, sans conséquences graves.

Légères nausées

Au bout d’une demi-heure d’utilisation, le retour à la réalité procure, là encore, une sensation assez étrange. Nous avons ressenti une légère nausée durant un moment après avoir ôté le masque. Cela s’explique par le fait que les mouvements du corps, lors de la séance, ne correspondent pas exactement à ce que l’on voit (exemple : lors d’une accélération). Cela provoque de la cinétose (mal des transports), un phénomène qui concernerait environ une personne sur trois.

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.