Jeu vidéo : avec Netflix Games, Netflix veut sa part du gâteau

écouter (3min)

Netflix vient de lancer un nouveau service baptisé Netflix Games, disponible sans surcoût, pour tous les abonnés à sa plate-forme de streaming : cinq premiers jeux vidéo sur smartphone, sous Android et iOS. Une première incursion dans le domaine du Gaming pour Netflix, sous la pression d’Amazon, Google et Apple, aux enjeux colossaux.

Article rédigé par
Benjamin Vincent - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Netflix Games, le nouveau service de jeux vidéo de Netflix pour ses abonnés sur Android et iOS. (NETFLIX)

L’arrivée de Netflix, avec Netflix Games (Jeux en français), dans l’univers du jeu vidéo, est ce qu’on appelle une arrivée timide. L’offre lancée sur Android puis sur iOS, depuis le 9 novembre, réunit cinq jeux sympathiques et sans prétention, à installer sur son smartphone. Des jeux dont certains graphismes, volontairement pixellisés, rappellent plus la Game Boy que les consoles de dernière génération.

L’incursion de Netflix dans le monde du Gaming est néanmoins un événement : avec ses 214 millions d’abonnés (octobre 2021), Netflix ne passe pas inaperçu, non seulement pour Amazon, Google et Apple - déjà présents dans le Cloud Gaming via Amazon Luna, Google Stadia et Apple Arcade - mais aussi pour Microsoft, Sony et Nintendo, les trois acteurs historiques avec leurs consoles.

Un gâteau à 57 milliards de dollars par an aux États-Unis

Le lancement d’un service de jeu vidéo semblait presque une évidence pour Netflix. L’an dernier aux États-Unis, le jeu vidéo a pesé plus lourd que le cinéma et la musique réunis, avec un chiffre d'affaire de 57 milliards de dollars, soit 27% de plus en un an, à la faveur aussi de la pandémie et des confinements : une montagne de billets verts qui a fait naître des appétits du côté de Los Gatos en Californie, où se trouve le siège de la plateforme fondée par Reed Hastings et Marc Randoph en 1997.

Le jeu vidéo : Netflix devait y aller. Samy Toupet, spécialiste du secteur, YouTuber et blogueur sur geektest.fr, voit trois intérêts pour le roi du streaming :

"Le premier intérêt est bien sûr économique : c’est de s’octroyer une part du gâteau de l’industrie du jeu vidéo. Le deuxième intérêt, c’est d’en donner plus à ses abonnés, d’autant que les forfaits viennent d’augmenter. Et puis, le troisième avantage pour Netflix, c’est de fidéliser les clients autour de leurs licences phares. Sur les cinq premiers jeux proposés, deux portent sur la licence Stranger Things. Netflix prépare évidemment l’arrivée de la saison 4 qui est prévue pour le milieu de l’année 2022".

"Une future console Netflix ? Sans doute pas mais une manette Netflix pour le Cloud Gaming, oui."

Samy Toupet, spécialiste du jeu vidéo et YouTubeur

à franceinfo

Dans le communiqué de presse mondial daté du 2 novembre dernier, qui annonce le lancement de Netflix Games, l’entreprise américaine parle de "premier pas" et évoque le début d’un grand "voyage". Quand on pose la question de la suite et de la stratégie de Netflix à long terme, et d’une éventuelle future console de jeu frappée du logo N rouge, Samy Toupet n’hésite pas une seconde, sachant que la société maîtrise la technologie du streaming avec très peu latence, applicable au jeu vidéo :

"On peut très bien imaginer Netflix arriver dans le domaine du Cloud Gaming, en proposant tout simplement une manette, comme Google et Amazon, qui va communiquer en wifi. Et donc, Netflix n’a même pas besoin de console ! Le contenu s’affichera en streaming sur les écrans des téléspectateurs et puis, on pourra jouer tout simplement grâce à cette manette."

Reste l’enjeu numéro 1 : le contenu, les licences et les jeux

Donneront-ils envie de s’abonner ou de rester chez Netflix ? Les GAFA – ses concurrents – placent déjà la barre très haut : Amazon a commencé à construire ses propres studios de jeu vidéo. Et le groupe de Jeff Bezos vient de connaître son premier vrai succès avec un jeu vidéo : New World a vu s’affronter 700 000 joueurs en simultané, sur PC, le jour de son lancement, le 28 septembre dernier.

De son côté, Facebook s’est offert Oculus en 2014, pour plus de 2 milliards de dollars et mise plus que jamais sur les univers virtuels et le metaverse. Et puis, que dire de Microsoft qui a lancé la première console Xbox, il y a 20 ans !

Netflix sait à quoi s’en tenir : il faudra plus que quelques titres sur mobile pour devenir un géant du jeu vidéo.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.