Avec Stadia, Google se lance dans le jeu vidéo en streaming grâce à son "cloud"

Google entend transformer le jeu vidéo sur internet avec le lancement d'un service de "streaming" nommé Stadia, permettant de jouer et de créer des jeux directement en ligne. Une avancée permise grâce à la puissance de son "cloud". Dans sa phase de test, en partenariat avec Ubisoft, il a utilisé la franchise à succès "Assassin's Creed".

Le jeu \"Assassins Creed Origins\" édité par Ubisoft (présenté ici avec les consoles X-Box) en juoin 2017 : photo d\'illustration.
Le jeu "Assassins Creed Origins" édité par Ubisoft (présenté ici avec les consoles X-Box) en juoin 2017 : photo d'illustration. (CHRISTIAN PETERSEN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Avec cette plateforme de "nouvelle génération", qui sera disponible dès cette année, il sera possible de jouer depuis différents appareils (tablette, smartphone, télévision, etc) à des jeux sophistiqués sans accroc et sans avoir à les télécharger ou à les installer, ont expliqué les responsables du groupe. Une manette directement reliée à Stadia a égalemment été présentée lors d'une conférence annuelle des développeurs de jeux vidéo à San Francisco.

"Un accès instantané au jeu"

Le "cloud" est considéré comme l'avenir du jeu vidéo, sur le modèle de ce qu'il a apporté à la vidéo (Netflix) ou la musique (Spotify). "Stadia permet un accès instantané à un jeu", a expliqué Phil Harrison, un des responsables du sujet chez Google.

Côté créateurs de jeux, ce service, qui utilise la puissance des "data centers" de Google, permet de créer plus vite et plus facilement, y compris des jeux très sophistiqués graphiquement, ont aussi expliqué les responsables du groupe américain.

Google, qui est aussi un géant du "cloud", et Ubisoft avaient annoncé il y a quelques mois utiliser la franchise à succès "Assassin's Creed" pour tester cette technologie de jeu en streaming, censée proposer la même qualité de jeu que les consoles, mais avec un service en ligne.


Un clip-vidéo évoquant une présentation lors d'une conférence annuelle des développeurs de jeux vidéos à San Francisco a été publiée sur Youtube le 12 mars. Elle invitait le public à se "rassembler pour que nous dévoilions la vision de Google pour l'avenir du jeu". Succession de scènes semblant sortir de jeux vidéos, cette bande-annonce ne divulguait rien de cet événement.

Google irait-il plus loin ?

Quelques heureux élus aux Etats-Unis ont ainsi pu jouer à "Assassin's Creed Odyssey" (Ubisoft) en streaming avec le moteur de recherche Chrome (Google) sur un ordinateur de bureau ou portable. La récente découverte d'un brevet déposé par Google pour une manette de jeu laisse même envisager que le géant américain pourrait aller plus loin, en lançant sa propre console pour accompagner son service de streaming.

Après la télévision et la musique, c'est donc au tour du jeu vidéo d'exploiter les opportunités offertes par la technologie du "cloud" et d'offrir des services de streaming aussi faciles d'accès que Netflix et Spotify. La puissance de calcul des centres de gestion des données et des appareils (télévisions, smartphones) s'est accrue fortement, et la technologie du streaming a progressé, fournissant les outils pour que les jeux les plus populaires puissent s'extirper des consoles et des ordinateurs.

Face à Sony ou Microsoft

Google, dont le service de vidéo YouTube dispose d'une plateforme eSports retransmettant des compétitions de jeux vidéos, va ainsi faire son entrée dans un secteur où s'affrontent déjà des mastodontes comme Sony et Microsoft. Satya Nadella, patron de Microsoft, a fait savoir fin 2018 que le service de streaming pour jeux vidéos "xCloud" se trouvait dans une "phase initiale". 

Les consoles Xbox et l'activité des jeux vidéo sont un filon juteux pour le géant de Redmond (nord-ouest) qui tente de s'adapter aux nouveaux modes de vie. Car désormais, un logiciel est abrité dans un service de streaming sur lequel les utilisateurs se connectent avec leurs appareils de prédilection. Autre géant du secteur du jeu vidéo, Electronic Arts a dévoilé sa vision pour le streaming agrémenté d'intelligence artificielle afin de créer "des mondes vivants, respirant, en constante évolution".

L'enjeu : offrir par un cloud la même qualité de jeu que les consoles

Michael Pachter, analyste chez Wedbush Securities, voit dans Amazon, Apple et Google des poids lourds potentiels du jeu vidéo en streaming étant donné leurs investissements d'envergure dans les centres de données fournissant des services en nuage à des millions de personnes. Amazon dispose déjà des instruments nécessaires avec son cloud Amazon Web Services et avec Twitch, sa populaire plateforme de streaming de jeux vidéos.

Mais le défi est grand : offrir la même qualité de jeu que les consoles sur une plateforme internet hébergée sur des serveurs via un cloud. Il faut notamment que le transfert des données soit suffisamment rapide pour éviter des interruptions dans l'action ou une dégradation du graphisme. L'amélioration de la bande passante sur internet, de la puissance de calcul et des capacités de stockage ont permis de développer des technologies qui changent les habitudes dans un secteur établi. Ainsi, le streaming peut modifier la façon dont les jeux sont créés et utilisés, explique Ubisoft. Si ce nouvel Eldorado du jeu est susceptible de grignoter un peu sur les ventes de consoles, il devrait surtout élargir le nombre de joueurs potentiels à toute personne disposant d'une connexion à internet, selon des experts.

Grandes opportunités pour l'avenir

L'industrie du jeu vidéo a généré aux Etats-Unis un record de 43,4 milliards de dollars de chiffre d'affaires en 2018, soit un bond de 18% sur un an, d'après les données publiées par l'Entertainment Software Association (ESA) et le cabinet NPD.

"Console, PC et mobile ont tous connu une croissance importante, tandis que les parties du marché qui sont en train de se développer, comme les services d'abonnement et de streaming, ont commencé à nous donner une idée des opportunités pour l'avenir", a commenté Mat Piscatella, analyste chez NPD.