Micro européen, France info

Micro européen. Élections allemandes : la marge de manœuvre de Mme Merkel sera-t-elle étroite ?

Avec 33% des voix, Angela Merkel est arrivée en tête de l'élection législative du 24 septembre, mais ce résultat est moyen.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Angela Merkel, le 24 septembre 2017.
Angela Merkel, le 24 septembre 2017. (TOBIAS SCHWARZ / AFP)

 Angela Merkel est arrivée en tête de l'élection législative du 24 septembre dernier, mais ce résultat n'est pas très bon. Georg Blume du journal allemand Die Zeit et Paolo Levi de l'agence italienne Ansa évaluent la marge de manoeuvre de la chancelière dans cette nouvelle situation politique.

Un résultat qui "bouleverse l'Allemagne"

Pour Georg Blume, ce résultat "bouleverse l'Allemagne" et n'est pas le "statu quo" dont Mme Merkel a parlé au soir du scrutin. La raison de ce bouleversement est l'entrée de députés de l'extrême-droite au Bundestag. Il y a aussi un changement par rapport au précédent Parlement, il est désormais conservateur. Dans ce contexte il n'y aura pas de place pour la "politique européenne visionnaire" proposée par Emmanuel Macron.

On s'attendait à un statu quo mais "le vote allemand a tout chamboulé", renchérit Paolo Levi. On ne sait pas si Mme Merkel pourra trouver des compromis avec les libéraux du FDP, et déjà, on peut dire que si "la moitié des propositions du président Macron étaient obtenues, ce serait un résultat pour l'Europe." 

Un excédent commercial de 300 milliards d'euros

En 10 ans, l'Allemagne a eu des avantages en Europe, et elle affiche un excédent commercial de 300 milliards d'euros. Mais cela n'est pas mis en avant dans le pays et les libéraux estiment que l'Europe de Macron est trop chère.

Pourtant c'est le moment de réformer l'Union européenne et de le faire avec les trois principaux pays fondateurs (France, Italie, Allemagne). Comme on l'a vu cette semaine, avec les accords passés entre la France et l'Italie sur STX et Fincantieri et entre la France et l'Allemagne avec la fusion d'Alstom et Siemens.

Peut-être que dans son dernier mandat, Mme Merkel arrivera à un compromis sur l'Europe pour laisser une trace dans l'histoire.

Angela Merkel, le 24 septembre 2017.
Angela Merkel, le 24 septembre 2017. (TOBIAS SCHWARZ / AFP)