Cet article date de plus d'un an.

"Rose Valland, l’espionne à l’œuvre", de Jennifer Lesieur

Le récit rigoureux et passionnant de Jennifer Lesieur sur la vie de Rose Valland, espionne pendant la Seconde Guerre mondiale et passionnée d'art, dont la vie est un véritable roman.
Article rédigé par franceinfo - Cécile Ribault Caillol
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
"Rose Valland, l’espionne à l’œuvre", J.Lesieur (Robert Laffont)

Mardi 23 mai, le Sénat a voté à l'unanimité un projet de loi pour faciliter la restitution, par les musées, des biens culturels dont les juifs ont été spoliés par l'Allemagne nazie. Le récit de Rose Valland, l’espionne à l’œuvre, de Jennifer Lesieur, paru aux éditions Robert Laffont évoque aussi ce sujet.

LIVRES ET JEUNESSE pour podcast - Ecoutez l'intégralité de la chronique avec Jennifer Lesieur (9 mn)

Jennifer Lesieur a reçu le prix Goncourt de la biographie en 2008, pour son livre sur Jack London, et après avoir écrit bien d'autres portraits, comme celui de l'aviatrice Amelia Earhart ou encore de la chanteuse Patti Smith, elle s'intéresse donc maintenant à celui de Rose Valland. Grâce à son récit, on peut mesurer ce qu'elle a fait pour l'art et pour la France, pendant et après la Seconde Guerre mondiale.

Sa vie d’espionne commence au Musée du Jeu de Paume, pendant les années d’occupation. Rose Valland y a en effet travaillé dans l’ombre, pour lister les œuvres d’art, provenant de musées, ou appartenant à de riches collectionneurs, qu'elle voyait défiler et qui avaient été spoliées par les nazis.

Ces trésors étaient choisis selon le goût des hauts gradés du Reich, Hitler faisant de son côté "son marché" pour son projet de Musée à Linz, la ville de sa jeunesse. Et Goering quant à lui, s'approvisionnant directement au Jeu de Paume, pour sa maison de Carinhall, qu’il agrandissait au fur et à mesure qu’il pillait ou achetait des œuvres d'art à bas prix. 

"Les œuvres sélectionnées par les nazis étaient principalement divisées en deux catégories. Il y avait les œuvres classiques de la Renaissance, les grands Flamands qui étaient favorisés par les dignitaires nazis, et les œuvres modernes que les nazis considéraient comme dégénérées."

Jennifer Lesieur

à franceinfo

Nommée ‘’Capitaine’’ par l’Armée Leclerc après la Guerre, elle passera plusieurs années comme agent de terrain, à essayer de retrouver en Allemagne les trésors de guerre pour les restituer à leurs propriétaires.

Rose Valland fut une femme courageuse, déterminée et comme le dit Jennifer Lesieur, très secrète aussi sur sa vie privée. Sa grande histoire d'amour, qui a duré près de 40 ans avec une femme, Joyce Heer, est restée dans l'ombre elle aussi. Si des films se sont inspirés de son histoire, comme celui de John Frankenheimer, Le Train, puis Monuments Men de George Clooney, il manque sans doute encore à l’affiche, un vrai biopic sur cette héroïne, jusque-là assez méconnue.

En attendant, il y a sur franceculture une fiction de Pascale Deux, consacrée à Rose Valland, à écouter en podcast, et surtout ce récit rigoureux et passionnant de Jennifer Lesieur, qui se lit comme un roman, et que l’autrice aime associer à la chanson Le Chant des partisans, interprété par Germaine Sablon.

Jennifer Lesieur

L'autrice sera présente à la 12e édition du Salon du Roman Historique, à Levallois, les 1er et 2 juillet prochains.

 

Jennifer Lesieur (© Céline NieszawerLeextra Ed.Robert Laffont)

Bonnes lectures et bonne semaine à tous !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.