Cet article date de plus de sept ans.

Don du sang : "Il faut aussi préparer le casse-croûte"

écouter (5min)
Pour le don du sang, il faut des donneurs, certes. Il faut le personnel médical de l'EFS (Etablissement Français du Sang). Mais il faut aussi des bénévoles pour organiser les collectes et préparer les collations. Dans un village de Haute-Marne, Daniel Cayot fait partie de ceux-là.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

Daniel Cayot n'a plus le droit, pour des raisons médicales, donner son sang.
Mais son engagement passe désormais par le bénévolat au sein de l'Association
des donneurs de sang de Blaise-Blaiseron et Plateaux, en Haute-Marne. "Ça
permet de voir du monde, en plus, des gens du canton qu'on ne croiserait jamais
sans ça",
se réjouit-il.

Le rôle d'un bénévole d'une association ou d'une amicale de donneurs de sang
n'est pas médical. "Nous nous occupons de l'organisation des collectes,
qui sont effectuées par l'Établissement Français du Sang. Ca consiste à
distribuer des affiches, organiser la salle, les tables, les chaises, préparer
le casse-croûte..."

En matière de boisson, l'alcool est désormais interdit lors des collectes. "En
revanche, nous veillons à ce que les donneurs prennent bien une collation, et
boivent de l'eau, du jus de fruit...".

On peut donner son sang à partir de l'âge 18 ans et jusqu'à 69 ans révolus. "Mais
il existe des contre-indications
médicales
,
précise Daniel. De toute façon, le personnel de santé
présent pose quelques questions à chaque donneur avant la collecte".
En
revanche, il n'est absolument pas demandé d'être à jeun, contrairement aux
prélèvements sanguins pour analyse.

La collecte organisée dans le village de Daniel, Doulevant-le-Château (52),
jeudi prochain 15 mai, permettra sans doute d'accueillir une cinquantaine de
donneurs. Au total, l'EFS propose chaque année 40.000 collectes mobiles en
France. Les donneurs de groupe O sont particulièrement recherchés.

En
savoir plus sur le don du sang >

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.