Les Pourquoi, France info

Pourquoi les voitures françaises avaient-elles autrefois les phares jaunes ? 

 Philippe Vandel s'intéresse aujourd'hui dans ses "Pourquoi" à une époque révolue, où nos véhicules avaient tous des feux de route de couleur jaune.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(© Fotolia)

 Faites appel à vos souvenirs. Dans les années 90, il n’y a pas si longtemps au fond, les voitures françaises, ou plus exactement "immatriculées en France", se reconnaissaient facilement à l’étranger. Surtout de nuit, paradoxalement. Elles avaient les phares jaunes. On était en Espagne, en Suisse ou en Grèce et on se disait : tiens, des Français ! Pourquoi n’avaient-ils pas des phares blancs comme tout le monde, et comme aujourd’hui ? Pour deux raisons.

L’arrêté imposant les phares jaunes en France remonte au 3 novembre 1936

L'obligation concerne les véhicules mis en circulation à compter d’avril 1937, puis tous les véhicules à partir de janvier 1939. Voilà pour la théorie. En pratique, il faudra attendre la fin de la guerre (de 39-45) pour voir tous les véhicules de jaune équipés, notamment à cause des pénuries d’après-guerre. On tient là une partie de l’explication. En 36, la France aurait adopté les phares jaunes en prévision d’une guerre éventuelle, pour mieux reconnaitre les véhicules ennemis.

Une sorte de ligne Maginot lumineuse ?

Certains contestent cette explication, car les sources manquent, comme c’est souvent le cas dans les décisions "secret défense". Toutefois, la très sérieuse "Documentation française" note que cette adoption, en 1936, a été faite "à la demande des militaires ". 

Mais pourquoi le jaune ? C’est là que le génie français donne toute sa mesure. Nos savants étaient persuadés que la lumière jaune est moins éblouissante. 

Je cite l’Académie des Sciences, en 1934 :  "Les observations faites par les usagers, et particulièrement par ceux qui ont une éducation scientifique, montrent que le projecteur éclairé en lumière jaune éblouit moins que la lumière blanche, et que lors de la rencontre entre deux automobiles, la durée de la période de réadaptation de l'œil après éblouissement est notablement diminuée. La lumière jaune donne lieu à une moindre quantité de lumière réfléchie sur le brouillard en temps de brume, ou sur les gouttelettes liquides en temps de pluie. Elle paraît augmenter la valeur des contrastes et réduire ainsi la fatigue oculaire."

Les phares jaunes sont restés obligatoires jusqu'au 1er janvier 1993

Au fait : si c’était pour la sécurité, pourquoi a-t-on arrêté? Et si l’idée était scientifiquement bonne, pourquoi tous les autres pays européens ne nous ont-ils pas imités?

Les Français seraient-ils plus facile à éblouir que les autres ? On se le demande encore. Jamais aucun élu ni aucun haut fonctionnaire n’est venu s’en expliquer publiquement.

Je précise toute fois à l’attention des fétichistes ou des possesseurs de voitures de collection qu’ils ont aujourd’hui le droit de rouler avec des phares jaunes. L’article R-313 du code de la route stipule : "tout véhicule à moteur doit être muni à l'avant de deux ou de quatre feux de route émettant vers l'avant une lumière jaune ou blanche permettant d'éclairer efficacement la route la nuit, par temps clair, sur une distance minimale de 100 mètres ".

 

Jusqu’à preuve du contraire.

(© Fotolia)