Cet article date de plus de quatre ans.

Les Informés. Députés LR "constructifs" : "Ils ne servent à rien, c'est le syndrome de la roue de secours"

écouter (27min)

Les Informés ont analysé la composition de la nouvelle Assemblée nationale : quel rôle assumeront les Insoumis, les Républicains et les socialistes parmi la majorité de Marcheurs ? 

Article rédigé par
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Thierry Solère le 18 juin 2017 à Boulogne.  (ARIANE RIOU / MAXPPP)

La "tragédie" des députés Les Républicains

Les députés Les Républicains "constructifs" qui devaient être "la force d'appoint" de La République En Marche, "ne servent à rien" pour Vincent Trémolet, rédacteur en chef des pages Débats et Opinions du Figaro et du FigaroVox. Ce groupe LR à l'Assemblée, mené notamment par Thierry Solère, souhaitent que la droite soutienne "les bonnes réformes" du gouvernement.

Mais depuis les résultats des élections législatives qui leur a donné une large majorité, les Marcheurs "n'ont pas besoin du MoDem de François Bayrou, et donc ils n'ont pas extraordinairement besoin de Thierry Solère et de ses amis. (...) C'est "le syndrome de la roue de secours" a moqué Vincent Trémolet.

C'est le groupe qui ne sert à rien

Georges-Marc Benamou, journaliste

à franceinfo

"Ils ne servent à rien", a enfoncé Georges-Marc Benamou, journaliste, écrivain, producteur et scénariste. "Il y a une forme de tragédie. Ils vont reconstituer une sorte d'UDI, ils ont dîné avec Jean-Louis Borloo. Ils donnent les clés de la maison Les Républicains, où il y a encore un peu d'actifs, des élus, des réseaux, des maires... à Laurent Wauquiez. Politiquement c'est même un peu absurde." a-t-il condamné. 

"Les deux cerveaux" de Jean-Luc Mélenchon

Les Insoumis ont débarqué à l'Assemblée mardi 20 juin. Quel député des Bouches-du-Rhône sera leur chef, Jean-Luc Mélenchon ? Comment va-t-il se comporter dans l'hémicycle ? "Il a deux cerveaux" a ironisé Georges-Marc Benamou. "Il y a la tentation Jaurès, et la tentation Chavès", a-t-il complété. Jean-Luc Mélenchon va-t-il choisir de "faire vivre la démocratie" ou fera-t-il "de l'obstruction ?" 

"Il a deux possibilité", a renchérit Vincent Trémolet. "Est-ce qu'il va choisir le bruit ou la fureur, ou choisir d'être le pôle d'attraction de la gauche ?" Dans ce dernier cas, il lui faudra être "plus constructif" a-t-il averti.

François Bayrou quittera-t-il le gouvernement ?

"Il y a également un gros risque pour François Bayrou", a prévenu Christophe Alix, chef du service Futurs de Libération, après la démission de Sylvie Goulard, annoncée mardi 20 juin. La ministre des Armées pourrait être entendue dans le cadre de l'enquête préliminaire sur les présumés emplois fictifs des assistants parlementaires du MoDem.

François Bayrou, ministre de la Justice, mais aussi président du MoDem, peut-il dès lors rester au gouvernement ? "Si ça concerne Marielle de Sarnez, Sylvie Goulard..." a tranché Christophe Alix, "il n'y a pas de raison" que ça ne concerne pas aussi le chef du parti centriste. 

On a du mal à imaginer que François Bayrou (...) n'ait pas été au courant de ce qui paraissait être un système organisé. 

Christophe Alix, chef du service Futurs de Libération

à franceinfo

Peut-on dresser une comparaison avec l'affaire qui secoue le Front national ? "Tout à fait" a-t-il conclu. Raquel Garrido, avocate, porte-parole de la France Insoumise, a quant à elle dénoncé "le côté hypocrite du discours sur la moralisation" face à cette affaire. "Cette loi, c'est la seule annonce précise faite entre les deux tours des législatives" a-t-elle regretté. Une loi qui s'annonce beaucoup moins exigeante que celle esquissée pendant la campagne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.