Les informés de franceinfo, France info

La mention de la Corse dans la Constitution est "la porte ouverte à d'autres revendications", selon la porte-parole LR, Laurence Sailliet

Les Informés de franceinfo ont débattu mercredi après qu'Emmanuel Macron s'est dit "favorable" à ce que la Corse soit mentionnée dans la Constitution.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

La porte-parole du parti Les Républicains, Laurence Sailliet, sur le plateau de franceinfo, le 7 février 2018.
La porte-parole du parti Les Républicains, Laurence Sailliet, sur le plateau de franceinfo, le 7 février 2018. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Sur le plateau des Informés de franceinfo, mercredi 7 février, il y avait : au téléphone, Christophe Robert, délégué général de la fondation Abbé Pierre ; Sylvie Brunel, géographe, économiste du développement et écrivain, professeur à Paris-Sorbonne ; Laurence Sailliet, porte-parole Les Républicains ; Audrey Goutard, chef adjointe du service Enquêtes/Reportages de France Télévisions et Alexandre Sulzer, journaliste politique à L’Express.

L'Extrait. La porte-parole du parti Les Républicains, Laurence Sailliet, a vivement condamné l'annonce d'Emmanuel Macron sur la Corse. Le président de la République s'est dit "favorable" à ce que l'île de beauté soit mentionnée dans la Constitution. Selon Laurence Sailliet, "c’est la porte ouverte à d’autres revendications". La porte-parole LR "pense qu’’il y a un jeu de rôle avec les nationalistes qui font semblant de ne pas être trop contents, a-t-elle dit. C’est quand même une revendication essentielle." Laurence Sailliet estime que "c’est tout sauf un coup politique" de la part d'Emmanuel Macron et que "le risque", selon elle, est de mettre "en péril l’intégrité de la République. Je ne trouve pas ça très malin" a t-elle ajouté.

La porte-parole du parti Les Républicains, Laurence Sailliet, sur le plateau de franceinfo, le 7 février 2018.
La porte-parole du parti Les Républicains, Laurence Sailliet, sur le plateau de franceinfo, le 7 février 2018. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)