Les derniers vœux des présidents : Georges Pompidou le 31 décembre 1973

écouter (3min)

Cette série s’intéresse jusqu’au vendredi 31 décembre aux vœux des présidents de la République, mais à des vœux très particuliers, et qui raisonnent avec ceux que formulera Emmanuel Macron dans quelques jours : les derniers vœux d'un mandat.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le président de la République, Georges Pompidou, lors d'une conférence de presse, le 27 septembre 1973. (MICHEL LAURENT / GAMMA-RAPHOvia GETTYIMAGES)

"Un essai de voix, j'espère qu'elle n'est pas trop voilée... Il fait trop chaud à l'Élysée." Cette phrase qui fait quelques tests avant le début de l’enregistrement est prononcée par Georges Pompidou. Nous sommes le 31 décembre 1973, le successeur du général De Gaulle est à l’Élysée depuis plus de quatre ans. Les téléspectateurs découvrent le visage de leur président, bouffi en raison du traitement de son cancer diagnostiqué au début de cette année 1973. Un cancer soigneusement caché au grand public, les absences régulières du président sont expliquées par des grippes à répétition. En réalité, la maladie le ronge, le traitement est dur, le président est épuisé.

Quand il parle de la France de cette année 1973 et de la nouvelle année 1974, quand on connaît son état de santé, on ne peut s’empêcher de penser qu’il parle de lui autant que son pays. La fin d’année a été dure pour le pays avec le choc pétrolier qui a brutalement fait exploser le prix du baril et l’année suivante s’annonce difficile…Pour le pays, comme pour son président : "Assurément, l'année 1974 risque d'être difficile..." Le 2 avril 1974, soit à peine plus de trois mois après ses vœux, Georges Pompidou s’éteint.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.