Le zoom culture, France info

Golden Globes - Et si le grand vainqueur était Netflix ?

Imitant les Emmy Awards en septembre, les Golden Globes ont couronné dimanche Breaking Bad. Mais cette distinction est en trompe-l'oeil car le grand gagnant est bien le géant américain du streaming Netflix qui a vu sa première série originale, House of Cards, décrocher le trophée de la meilleure actrice dans une série dramatique par Robin Wright. Idéal avant le début de la saison deux le 14 février et avant une possible arrivée en France.

(©)

La scène est peu passée inaperçue. Pourtant le Golden Globe de la meilleure actrice dans une série dramatique remis à Robin Wright dimanche soir constitue une consécration importante pour le service de streaming Netflix. Le géant américain de SVOD (abonnement de vidéo à la demande) voit récompenser House of Cards, sa première création originale sortie il y a tout juste un an.

Mieux, cette distinction apparaît comme un tremplin idéal pour lancer la deuxième saison de la série produite par David Fincher avec Kevin Spacey dans le premier rôle masculin. Mais c'est aussi une étape significative alors que Netflix lorgne de plus en plus du côté de la France pour s'implanter.

En 1997, Netflix était un service qui envoyait des DVDs et des cassettes par la poste. Puis, l'entreprise s'est lancée dans le streaming en 2008 avant de proposer en 2011 une offre d'abonnement à 7,99 dollars par mois pour avoir accès à un catalogue de plusieurs dizaines de milliers de films et de séries. Le succès a été immédiat: 30 millions d'abonnés aux Etats-Unis, soit plus que HBO et 40 millions dans le monde.

Netflix est présent dans 41 pays. En Europe, où il est arrivé fin 2011, il est surtout représenté chez nos voisins scandinaves, britanniques et néerlandais. Son siège est installé au Luxembourg pour des raisons fiscales.

Les chaînes françaises voient d'un très mauvais oeil l'irruption possible de ce concurrent extrêmement puissant qui pourrait venir leur prendre des parts de marché et grignoter des audiences. Il existe encore pas mal d'obstacles à l'implantation de Netflix en France, notamment la chronologie des médias, mais il semble que cela ne soit qu'une question de temps.

Il y a une semaine, la ministre de l'Economie numérique Fleur Pellerin a rencontré Reed Hastings, le patron de Netflix, en marge d'un salon de l'électronique grand public à Las Vegas. Cela faisait suite à la réception de représentants de l'entreprise par David Kessler, le conseiller média de l'Elysée, début décembre.

Annoncée au printemps, l'arrivée de Netflix en France pourrait être repoussée à l'automne. En tout cas, il faudra légiférer pour modifier un certain nombre de pratiques actuelles.

(©)