Vrai ou faux
Peut-on encore écouter de la musique en conduisant ?

Des internautes affirment que depuis le 1er juillet, il n'est plus possible d'écouter de la musique en conduisant, sous peine d'une amende de 35 euros. Avis aux mélomanes, c'est faux.
Article rédigé par franceinfo, Sonia Ghobri
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Un conducteur écoute la radio en conduisant (photo d'illustration). (SANDRO DI CARLO DARSA
 / MAXPPP)

Dans une vidéo vue plus d'un million de fois sur le réseau social TikTok, un internaute déclare : "ne prenez plus votre voiture. Avec ce qu'ils ont mis en place à partir du 1er juillet, je peux t'assurer qu'on est tous dans la merde. Toi qui as l'habitude d'écouter de la musique, ce sera fini. Si tu écoutes de la musique en conduisant, tu auras une amende de 35 euros. Tu ne rêves pas, tu auras une amende de 35 euros. Ce n'est pas une fake news. Allez juste taper sur internet. Il existe Google et vous verrez bien".  

Sur le moteur de recherche, on voit d'autres vidéos qui assurent la même chose et à en lire les commentaires, cette affirmation est prise au sérieux par de nombreux internautes. Mais c'est faux. Les automobilistes ont bien le droit d'écouter de la musique en conduisant. 

Peut-on écouter de la musique, même très fort ? 

Concernant le volume de la musique, il n'y a pas de règles précises, confirme à franceinfo le ministère de l'Intérieur. Le code de la route ne fixe pas de nombre de décibels maximum à respecter. En revanche, selon l'article R412-6, le conducteur doit adopter "adopter un comportement prudent" et "doit se tenir constamment en état et en position d'exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent". Autrement dit, il doit être maître de son véhicule en restant concentré, en vigilance constante, en ayant notamment la capacité d'entendre les signaux de circulation extérieurs (sirène de la police, des services d'urgence, klaxon d'autres automobilistes, etc.) 

 Les conducteurs doivent être aussi respectueux des autres. L'article R318-3 du code de la route dispose que "les véhicules à moteur ne doivent pas émettre de bruits susceptibles de causer une gêne aux usagers de la route ou aux riverains". Cela concerne le bruit du pot d'échappement mais un conducteur peut être sanctionner – c'est rare – pour une musique trop forte, fenêtres ouvertes en plein centre-ville, par exemple. C'est à l'appréciation des policiers et gendarmes qui peuvent dresser un procès-verbal. 

En revanche, il est clairement interdit d'utiliser des écouteurs ou un casque pour écouter de la musique ou la radio dans sa voiture, sous peine d'une amende 135 euros et d'un retrait de trois points du permis du conduire. Mais rien de nouveau, la mesure est entrée dans le code de la route le 1er juillet 2015. Il y a donc neuf ans. 

Pas de changement le 1er juillet 2024

Le 1er juillet 2024, date évoquée par les internautes, une mesure concernant les automobilistes est entrée en vigueur mais sans aucun rapport avec la musique. Elle concerne les véhicules neufs mis sur le marché et immatriculés pour la première fois sur le sol européen. Ils doivent désormais être équipés d'un "système d'adaptation intelligente de la vitesse" (AIV), "destiné à aider le conducteur à maintenir la vitesse autorisée sur la route", peut-on lire sur le site info.gouv.fr. Ce système "comporte une fonction d'information concernant la limite de vitesse", mais aussi "soit une fonction d'avertissement (sonore) concernant la limite de vitesse, soit une fonction de régulation de la vitesse" en provoquant "automatiquement une décélération progressive du véhicule en réduisant sa puissance ou en 'durcissant' la course de la pédale d’accélérateur".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.