Cet article date de plus d'un an.

Tous les pays européens ont-ils déjà repoussé l'âge légal de départ à la retraite ? De plus en plus de gens continuent-ils à travailler après 65 ans ?

A l'heure des bilans et débats de fin d'année, franceinfo passe en revue les sujets qui divisent et démêle le Vrai du Faux. Focus sur l'âge de départ à la retraite, en France et ailleurs en Europe

Article rédigé par France Info - Emilie Gautreau
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Photo d'illustration. Un travailleur senior sur un chantier (PHILIPPE TURPIN / MAXPPP)

En cette période de fêtes de fin d'année, la Cellule Vrai du faux de franceinfo fait le point sur quelques sujets clivants qui peuvent animer les repas de famille. Jeudi 29 décembre : l'âge de départ à la retraite en France et en Europe. 

"Tous les pays européens ont déjà repoussé l'âge légal de départ à la retraite" : c'est faux, mais...

Que répondre si un de nos proches affirme que tous les pays d’Europe ont déjà repoussé l’âge légal de départ à la retraite ?
C'est faux, tous ne l'ont pas fait, mais c'est le cas quand même de la majorité des Etats de l'Union, comme le montrent les tableaux comparatifs du Cleiss (le Centre des liaisons européennes et internationales de sécurité sociale) et du réseau européen Missoc qui réunit tous les États membres.

En Belgique, l'âge légal de départ est désormais à 65 ans. Ce sera 66 ans en 2025, 67 ans à partir de 2030. En Allemagne, l'âge légal de départ est progressivement repoussé à 67 ans. Aux Pays Bas, cela va s'échelonner jusqu'à 67 ans en 2024. Un âge égal de départ à la retraite à 67 ans, c'est déjà le cas au Danemark. Une réforme en cours prévoit de relever l'âge légal à 69 ans à l'horizon 2035.

Si on regarde les pays européens qui sont aujourd'hui en dessous d'un départ à 65 ans, on se rend compte qu'une majorité a engagé ou s'apprête à engager des réformes pour tendre vers cet âge. Il y a donc bien une tendance européenne à partir plus tard à la retraite.

Cela dit, comparer les âges légaux entre les pays a ses limites, pointe le Cleiss, qui explique que d'un Etat à l'autre, il y a des différences parfois importantes, par exemple concernant les durées de cotisation et d'affiliation, ou les salaires pris en compte pour le calcul. Dans certains Etats, les âges de départ sont aussi différents selon qu'on est un homme ou une femme (en Autriche, Croatie, Lituanie ou en Pologne par exemple).

"De plus en plus de gens qui continuent à travailler après 65 ans" : c'est vrai

Si à la table du réveillon, un ami assène que le taux d'emploi des plus de 65 ans ne cesse d'augmenter vous pourrez répondre que c'est vrai. D'une part en France, où, d'après les données de l'INSEE, 8,6% des 65-69 ans travaillaient en 2021, contre 5,5% dix ans plus tôt et 3% au début des années 2000. D'autre part à l'échelle européenne, il y avait selon les données d’Eurostat un peu plus de cinq millions de personnes âgées de plus de 65 ans qui avaient encore un emploi dans l’Union européenne (à 27 Etats) en 2020 contre un peu plus de quatre millions (dans ces mêmes Etats) quatre ans plus tôt. 

Les taux d'emploi sont cela dit très variables selon les Etats. En Estonie, en 2019, plus d'un quart des 65-74 ans continuaient à travailler, contre 17 à 20% de cette classe d'âge en Lettonie, en Irlande, en Suède, en Lituanie et au Portugal et moins de 10% en France, en Espagne, en Belgique ou au Luxembourg.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.