Présidentielle 2022 : on a vérifié trois déclarations de candidats sur les retraites

écouter (85min)

Jusqu'au premier tour de l'élection présidentielle, le 10 avril, le "Vrai du Faux" passe au crible les déclarations des candidats sur les grandes thématiques du débat public. Mardi 5 avril : les retraites avec Anne Hidalgo, Nicolas Dupont-Aignan et Jean-Luc Mélenchon. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Retraites : que disent les chiffres sur le système français ? (PASCAL GUYOT / AFP)

C'est l'un des grands thèmes de campagne. Les candidats ont différentes propositions sur les retraites. Ils ont aussi des arguments contre les projets de leur adversaire. La Cellule Vrai du faux passe au crible trois déclarations. 

"Nous avons l'un des taux d'emploi de seniors parmi les plus faibles d'Europe"

On commence avec Anne Hidalgo qui s'oppose aux candidats qui veulent repousser l'âge de départ à la retraite, avec cet argument : "On nous explique que c'est ça qui va financer le régime des retraites, alors que le taux d'emploi de seniors est un des plus faibles d'Europe."

À première vue, c'est plutôt vrai. Si on regarde le taux d'emploi des seniors sur Eurostat, c'est à dire des 55-64 ans, il est autour de 55% en France. C'est quatre points de moins que la moyenne de l'Union européenne, nous sommes au coude-à-coude avec l'Espagne, l'Italie ou encore de l'Autriche. Sauf qu'en y regardant de plus près, on remarque que le décrochage chez nous est surtout marqué après 60 ans, selon le ministère du Travail. Ce qui s'explique parce qu'on part plus tôt à la retraite. D'ailleurs si on regarde le taux d'emploi avant 60 ans, la France est dans la moyenne européenne. Autre explication, plusieurs pays de l'UE ont développé massivement le temps partiel pour les seniors, note le ministère du Travail et un rapport de France stratégie. 

"Je propose qu'on indexe sur l'inflation les pensions de retraite." 


On continue avec Nicolas Dupont-Aignan qui préconise un mécanisme pour revaloriser les retraites : "Je propose qu'on indexe sur l'inflation les pensions de retraite. Elles ont été désindexées depuis François Hollande, Emmanuel Macron ministre, et ça continue."

C'est presque vrai : en théorie la loi prévoit déjà l'indexation des pensions sur l'évolution des prix à la consommation. Sauf que dans les faits, ce dispositif a été régulièrement contourné. Par exemple, les pensions de base ont été gelées sous le mandat de François Hollande. Et puis assez régulièrement, les revalorisations sont décalées de quelques mois, ce qui finit par peser sur le montant des pensions puisqu'il n'y a pas de rattrapage. 

"On vit moins longtemps depuis qu'on travaille plus longtemps"

Jean-Luc Mélenchon, candidat insoumis, met en avant l'espérance de vie : "On vit moins longtemps depuis qu'on travaille plus longtemps en raison des réformes de messieurs Sarkozy et Hollande."

C'est faux. Si on se regarde les données de l'Insee, l'espérance de vie a plutôt progressé entre 2007 et aujourd'hui. On est passé chez les femmes de 84 à 85 ans. C'est plus net chez les hommes, où on est passé de 77 à 79 ans. L'espérance de vie en bonne santé ne recule pas non plusElle est plutôt stable depuis les années 2000 et nous place, selon les dernières données complètes à l'échelle européenne, dans la moyenne de l'UE, voire légèrement au-dessus concernant les femmes.

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.