Le vrai du faux, France info

VRAI OU FAKE Le nombre d'agressions de policiers et gendarmes a-t-il vraiment doublé en 15 ans, comme l'affirme Gérald Darmanin ?

Le ministre de l'Intérieur a déclaré lundi 10 mai sur BFM que le nombre de policiers et gendarmes agressés a doublé en l'espace de 15 ans. Pour l'affirmer, Gérald Darmanin s'appuie en fait sur le nombre de policiers blessés en mission. Un indicateur à prendre avec précaution.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un policier blessé lors d\'une manifestation des \"gilets jaunes\" à Paris (France) le 9 février 2019
Un policier blessé lors d'une manifestation des "gilets jaunes" à Paris (France) le 9 février 2019 (ZAKARIA ABDELKAFI / AFP)

Après les meurtres d'un policier à Avignon et d'une fonctionnaire de police à Rambouillet, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin a affirmé lundi 10 mai sur BFM que les forces de l'ordre sont de plus en plus ciblés par des actes de violence.

"En 15 ans, le doublement des agressions contre les policiers et gendarmes ont été constatés. Il n'y a pas eu plus de violences urbaines en 15 ans, il y en a toujours beaucoup, trop. Mais par ailleurs, il y a un doublement des violences contre les policiers et les gendarmes. Bien sûr que c'est totalement inacceptable"

Un "doublement" apparent des policiers blessés en mission

Contacté par franceinfo, le ministère de l'Intérieur précise que Gérald Darmanin évoquait plus précisément le nombre de policiers blessés en mission, c'est-à-dire lorsqu'ils sont engagés concrètement sur le terrain. Les chiffres sur lesquels le ministre s'appuie vont de 2004 à 2019. Sur cette période, le nombre de policiers blessés en mission est passé de 3 842 à 6 760. Il ne s'agit pas tout à fait d'un "doublement" mais l'augmentation est effectivement impressionnante. 

Mais il est compliqué de se contenter de comparer deux années ponctuelles pour saisir l'ampleur du phénomène. L'année 2019 a en effet été marquée par de nombreux affrontements avec les forces de l'ordre, notamment lors des manifestations des "gilets jaunes" ou dans le cadre de la contestation contre le projet de réforme des retraites.

Si l'on regarde l'année 2020, beaucoup plus calme en raison de la crise sanitaire, le nombre de policiers blessés en mission est beaucoup moins important : 4 931, selon les derniers chiffres fournis à franceinfo avec la Direction générale de la police nationale.

Une tendance générale à la hausse à regarder avec prudence

Si l'on regarde maintenant la tendance générale sur les 15 dernières années, on note effectivement une lente progression du nombre de policiers blessés : de 350 policiers blessés chaque mois en moyenne avant 2010 à plus de 450 ces dernières années.

Mais cette tendance à la hausse est également à prendre avec précaution. En effet, comme le note la Direction générale de la police nationale, "la progression enregistrée en 2012 par rapport à l'année précédente résulte en partie d'une application plus rigoureuse en termes de comptabilisation des blessés : prise en compte des blessés même sans arrêt de travail".

Tous les policiers blessés en mission ne sont pas agressés

En choisissant de ne retenir que les données sur les policiers blessés en mission pour rendre compte "des agressions" et des "violences" contre les membres des forces de l'ordre, Gérald Darmanin fait par ailleurs un raccourci.

D'après une note de l'ancien Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, la grande majorité (72% en 2019) des policiers blessés en mission l'ont été de façon accidentelle, "pouvant être soit liée à l’absence de contact avec la ou les personne(s) à appréhender, soit due à un coup porté de manière accidentelle". 

Un policier blessé lors d\'une manifestation des \"gilets jaunes\" à Paris (France) le 9 février 2019
Un policier blessé lors d'une manifestation des "gilets jaunes" à Paris (France) le 9 février 2019 (ZAKARIA ABDELKAFI / AFP)