Le vrai du faux, France info

"Il y a moins d’actes racistes en Corse qu’ailleurs en France"

Les débordements racistes à Ajaccio ont été condamnés par le nouveau président de l'Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni. L'élu nationaliste a précisé que "statistiquement il y a moins d’actes racistes en Corse qu’ailleurs en France". C'est vrai.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Jean-Guy Talamoni, le nouveau président de l'Assemblée de Corse. © Maxppp)

Selon le dernier rapport de la CNCDH, la Commission nationale consultative des droits de l’Homme, sur le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie, il y a effectivement beaucoup moins d’actes racistes en Corse qu’ailleurs en France.

La dernière version s’intéresse aux chiffres de 2013, et effectue notamment un recensement des violences racistes en 2013, c'est-à-dire les agressions physiques ou menées contre des bâtiments. En Corse, il n’y en a eu aucune, alors qu'on en dénombre 23 en revanche en l’Ile-de-France, 15 dans la région Rhône-Alpes ou encore 10 en Picardie.

Entre 8 et 10% d'étrangers en Corse

La CNCDH recense également les menaces racistes, c’est-à-dire les menaces verbales, les graffitis et autres inscriptions xénophobes. Là encore, la Corse, comme les Dom-Tom, se distinguent dans ce classement. Trois menaces racistes recensées en 2013 sur l’île. C’est largement moins que les 113 en Picardie et Nord-Pas-de-Calais, les 103 en Ile-de-France. C’est beaucoup moins toujours que la région Rhône-Alpes (80) ou l’Aquitaine (37 menaces racistes).

Certes, la Corse et ses 320.000 résidents n’est pas la Picardie et ses presque deux millions d’habitants. Mais ce que l’on peut comparer c’est par exemple le taux de la population étrangère et immigrée dans ces deux régions. En Picardie, la population étrangère et immigrée représente 5% de la population totale. En Corse, c’est environ deux fois plus. Ce qui en fait, avec l’Ile-de-France, la région qui compte le plus d’étrangers ou d’immigrés.

Chiffres sous- estimés au niveau national

Il y a donc, "statistiquement " pour reprendre l'expression de Jean-Guy Talamoni, moins d'actes racistes en Corse qu'ailleurs en France. Il faut toutefois deux réserves importantes concernant ces statistiques. D’abord, il n’y a pas que les étrangers et les immigrés qui sont victimes de racisme. C’est aussi le cas de Français d’origine étrangère et qui ne sont pas recensés, eux, dans les taux de population étrangère ou immigrée.

A LIRE AUSSI ►►► Propos xénophobes à Ajaccio : la Corse est-elle raciste ?

Et puis surtout, ces chiffres de la CNCDH ne reposent que sur les dépôts de plaintes enregistrées et recensées par le ministère de l’Intérieur. Ils ne tiennent pas compte de tous les actes qui échappent aux radars de la police et sont donc sous-estimés. Mais c’est le cas pour toute la France et pas seulement la Corse.

(Jean-Guy Talamoni, le nouveau président de l'Assemblée de Corse. © Maxppp)