Le vrai du faux, France info

VRAI OU FAKE Des eurodéputés seront-ils "tirés au sort" pour pouvoir consulter les contrats signés entre l'UE et les fabricants de vaccins, comme l'affirme Marine Le Pen ?

La députée RN a dénoncé sur France Inter l'opacité autour de ces négociations commerciales. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
 Marine Le Pen, invitée de France Inter, jeudi 10 décembre. 
 Marine Le Pen, invitée de France Inter, jeudi 10 décembre.  (FRANCE INTER)

L'Union européenne manque-t-elle de transparence ? Alors que six contrats pour commander des vaccins ont déjà été signés entre l'UE et des fabricants, avec à la clef près de deux milliards de doses précommandées, Marine Le Pen a dénoncé jeudi 10 décembre sur France Inter l'opacité autour de ces négociations commerciales. "Personne n'a accès aux contrats de négociation, pourquoi ? Et ils en sont à venir expliquer qu'ils vont tirer au sort des députés européens qui vont avoir le droit d'aller regarder ces contrats sans téléphone, sans possibilité de les photographier, sans stylo pour pouvoir prendre des notes", a déclaré la députée Rassemblement national. Une affirmation partiellement fausse, la cellule Vrai du faux vous explique pourquoi. 

Des contrats confidentiels, pour l'instant 

Les contrats signés entre l'Union européenne et les fabricants de vaccins restent secret, pour le moment. C'est un choix assumé par la Commission européenne qui s'en explique, malgré les demandes des eurodéputés. Elle met en avant que les négociations sont toujours en cours avec d'autres laboratoires et vu la concurrence dans la course au vaccin, les contrats déjà signés sont protégés pour éviter par exemple de faire monter les prix au moment de négocier avec un autre fabricant. Autre raison : ce sont les entreprises elles-mêmes qui exigent que ces contrats restent confidentiels pour éviter la diffusion d'informations sensibles, comme l'aspect financier mais aussi les plans de productions des candidats vaccins.

Un tirage au sort n'est pas prévu 

En revanche, le tirage au sort dont parle Marine Le Pen, c'est faux. Le Parlement européen nous a confirmé que ce n'est pas prévu. Ce sont les eurodéputés qui traitent les questions de santé et de budget qui auront accès aux documents, après les négociations précise la Commission.

La consultation "sans téléphone et sans stylo" qu'évoque la députée RN, ce n'est pas inédit non plus. Un cas similaire avait déjà eu lieu il y a quatre ans lors de la négociation du TAFTA, l'accord de libre-échange transatlantique. Et même si pour l'instant les contrats restent confidentiels, l'UE promet que sa gestion des commandes de vaccins pourra faire l'objet d'un audit, mais uniquement lorsque les négociations seront terminées.

 Marine Le Pen, invitée de France Inter, jeudi 10 décembre. 
 Marine Le Pen, invitée de France Inter, jeudi 10 décembre.  (FRANCE INTER)