Le rendez-vous du médiateur, France info

Le rendez-vous du médiateur. Comment travaillent les journalistes à Notre-Dame-des-Landes

Les journalistes ont dû affronter cette semaine les violences à Notre-Dame des Landes entre gendarmes et zadistes.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Évacuation, expulsion de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes/ par les forces de l\'ordre
Évacuation, expulsion de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes/ par les forces de l'ordre (GRÉGOIRE LECALOT / FRANCE-INFO)

Les journalistes ont dû affronter cette semaine les violences à Notre-Dame des Landes entre gendarmes et zadistes. Une situation parfois dangereuse et difficile pour réaliser des reportages. Plusieurs auditeurs ont réagi. Grégoire Lecalot, un des envoyés spéciaux de franceinfo, répond au médiateur.


Des auditeurs vous reprochent de n’avoir interrogé que des zadistes. Pour Jean-Pierre, « vous n’avez donné la parole qu’à des zadistes, présentés comme de pauvres victimes de méchants militaires ». Que dites-vous ?

C'est peut-être le ressenti de certains auditeurs, mais, non, nous n'avons jamais présenté les zadistes comme des victimes; nous avons décrit exactement la situation, précisant que les zadistes étaient équipés de cocktails molotov, de pierres, etc. Nous avons également diffusé des interviews de la préfète et de la porte-parole de la Gendarmerie. Enfin, nous avons fait un reportage sur le travail agricole des zadistes. Notre rôle n'était pas de prendre parti.

Avec Farida Nouar, autre envoyée spéciale, vous avez travaillé dans des conditions difficiles. Pour beaucoup d'auditeurs, vous avez fait d’excellents reportages dans des conditions dangereuses. Comment avez-vous pu vous rendre sur la ZAD ? On disait que les gendarmes bloquaient tout accès…

C'est vrai que les gendarmes filtraient, mais nous avons toujours pu passer sans difficultés particulières ; parfois en arrivant très tôt sur le terrain.

Côté zadistes, il semblerait que plusieurs d’entre eux s’en prenaient aux journalistes.

"S'en prenaient", non, pas vraiment. Il est vrai que nous avons pu avoir des discussions parfois vives avec eux, mais pas de blocage dans notre travail. Les zadistes, vivant sur place, avaient plutôt une volonté de transparence, en nous montrant notamment leurs réalisations.

Finalement, vous vous êtes souvent retrouvés pris entre les deux lignes de front, donc au milieu des gaz, des cocktails molotov et des jets de pierres. Vous avez même reçu un objet sur le nez… Comment travaille-t-on dans ces conditions ?

Il faut être très vigilant, notamment par rapport aux objets envoyés de part et d'autre. Normalement, nous sommes identifiables par notre matériel, mais, parfois, il vaut mieux se retirer pour ne pas s'exposer inutilement.

Évacuation, expulsion de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes/ par les forces de l\'ordre
Évacuation, expulsion de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes/ par les forces de l'ordre (GRÉGOIRE LECALOT / FRANCE-INFO)