Le rendez-vous du médiateur, France info

Le rendez-vous de la médiatrice. Affaire Benalla : fallait-il en faire une édition spéciale sur franceinfo ?

Les éditions spéciales n’ont pas manqué dernièrement sur l’antenne : audition d’Alexandre Benalla au Sénat, disparition et hommage national à Charles Aznavour, passation de pouvoir entre Gérard Collomb et Edouard Philippe… Les auditeurs s'interrogent.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Alexandre Benalla lors de son audition parlementaire au Sénat, mercredi 19 septembre 2018.
Alexandre Benalla lors de son audition parlementaire au Sénat, mercredi 19 septembre 2018. (FRANCEINFO)

Les éditions spéciales se succèdent sur l'antenne de franceinfo, et évidemment cela n’échappe pas aux auditeurs qui s’interrogent. En particulier au sujet de la spéciale Benalla au Sénat. Pour découvrir les dessous d’une édition spéciale, Richard Place, directeur adjoint de la rédaction de franceinfo est au micro de la médiatrice de Radio France, Emmanuelle Daviet.

Qu'est-ce qui justifiait que l’antenne passe en édition spéciale lors de l’audition d’Alexandre Benalla ?

Richard Place : C'est la rareté de la parole d’Alexandre Benalla. Il allait ce jour-là s’expliquer sur le fond et sur le détail de l’affaire. C’est une affaire que l’on suit et qui rebondit régulièrement. Cela  nous semblait logique de suivre l’audition du principal acteur.

Nous avons été souvent interpellé sur le traitement excessif de cette affaire. En faites-vous trop ?

Tous les sujets sont subjectifs, la place qu’on leur accorde aussi. Un sondage Odoxa montre que 44% des répondants jugent cette affaire importante, pour 26% d’entre eux, c’était même une affaire d’état.

Pour des auditeurs cette affaire n’est qu’un simple fait-divers, que leur répondez-vous ?

On est bien loin d’un simple fait-divers. C’est une affaire qui va jusqu’au cœur de l’exécutif. Il y a un aspect judiciaire aussi.

Plus généralement il y a-t-il une inflation d’éditions spéciales sur l’antenne ?

Richard Place : Oui sans doute. On considère de plus en plus que franceinfo doit être au cœur de l’actualité chaude et on se doit de la donner dans son intégralité.

Vous êtes au cœur de l’opérationnel en cas de déclenchement, concrètement qui prend la décision de "casser" l’antenne ?

Elle appartient à la direction de la rédaction, c’est l’objet d’une discussion avec les spécialistes du domaine, les rédacteurs en chef… Il y a des éditions spéciales évidentes : l’hommage national à Charles Aznavour n’a pas donné lieu à de grandes discussions.  

Alexandre Benalla lors de son audition parlementaire au Sénat, mercredi 19 septembre 2018.
Alexandre Benalla lors de son audition parlementaire au Sénat, mercredi 19 septembre 2018. (FRANCEINFO)