Cet article date de plus de deux ans.

Le rendez-vous de la médiatrice. Coronavirus Covid-19 : comment informer sans semer la panique ?

écouter (5min)

Emmanuelle Daviet, médiatrice des antennes de Radio France, reçoit Jean-Philippe Baille, directeur de la rédaction, et Matthieu Mondoloni, grand reporter, de retour d'Italie. Les messages des auditeurs évoquent une "désinformation aberrante" au sujet du traitement du Covid-19 et de sa propagation. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
L'hôpital militaire de Milan prêt à accueillir des malades du coronavirus (photo d'illustration). (SILVANO DEL PUPPO / MAXPPP)

Emmanuelle Daviet, médiatrice des antennes de Radio France reçoit le directeur de la rédaction de franceinfo, Jean-Philippe Baille, et Matthieu Mondoloni, grand reporter.  Les auditeurs écrivent à la médiatrice pour dire que les journalistes en font trop sur le coronavirus Covid-19

"Quand allez-vous cesser d’entretenir cette psychose? C’est aberrant cette désinformation." Ou encore : "Arrêter de faire du sensationnalisme sur un virus type grippe. C’est honteux et irresponsable" et "Je ne comprends pas pourquoi les médias s’inquiètent."


Emmanuelle Daviet : Que leur répondez-vous ?

Jean-Philippe Baille : Je respecte le ressenti de certains auditeurs, mais je rappelle que c’est notre métier de raconter ce qu’il ce passe et témoigner d’une réalité. En tout cas, pour moi, ce n’est pas entretenir une psychose. C’est même tout l’inverse, je suis convaincu que si nous ne parlions pas de cette situation, on nous le reprocherait. On crierait "au complot", "les médias nous mentent..."

Alors oui, il faut en parler et être responsable quand on en parle, ne pas dire n’importe quoi, ne pas laisser se propager les fausses rumeurs. Là, on est au cœur de notre mission de journaliste de service public : expliquer, décortiquer, donner la parole à ceux qui savent, aux personnes compétentes que sont les médecins ou les spécialistes. Notre rôle est de relayer les messages des autorités sanitaires pour éviter cette psychose et toutes mauvaises interprétations

Comment sur une chaîne d’info continue place-t-on le curseur pour aborder cette actualité très évolutive ?

Jean-Philippe Baille : Trouver le bon curseur c’est toujours très difficile dans une chaîne d’information comme la nôtre. Il y a deux temps : celui du direct, lorsque l’information nous parvient, avec l’envoi de nos reporters sur le terrain, ou la retransmission des conférences de presse, comme celle du ministre de la Santé ou des autorités sanitaires. Et un second temps, où l’on se pose, pour prendre le temps d’expliquer, de décrypter les informations brutes. Nous nous appuyons sur nos experts.

Emmanuelle Daviet : Le travail d’un reporter ou d’un envoyé spécial consiste à aller là où ça se passe, dans des zones sensibles.Quelles sont les consignes aujourd’hui ? Comment travaillent les journalistes ?

Matthieu Mondoloni, grand reporter de retour d'Italie : Avant de partir, nous sommes allés voir le médecin de Radio France pour l’informer que nous partions dans des zones concernées pas le coronavirus Covid-19. On est parti avec des masques jetables, des gels hydroalcooliques, des gants, des lunettes de protection.

Plus on approche des zones, plus il faut qu’on fasse preuve de précaution pour travailler au contact des gens potentiellement contaminés. Bien sûr, nous ne sommes pas rentrés dans les villages placés sous quarantaine en Italie. Par exemple, à Turin, les écoles, les églises, les cinémas, les musées sont fermés. On essaye de travailler en prenant le pouls de la population.

Emmanuelle Daviet : On est dans quel état d’esprit ?

Matthieu Mondoloni : Pour être honnête, je n’ai pas de crainte quand je pars là-bas. C’est un terrain compliqué, mais c’est notre métier de partir sur des terrains compliqués. On est parti sur le terrain, lorsqu’il y a eu l’accident nucléaire au Japon à Fukushima.On est volontaire évidemment, nos directeurs de rédaction nous demandent si on accepte ou non de partir.

Avez-vous été confronté à un refus, un journaliste qui exerce son droit de retrait ?

Jean-Philippe Baille : Droit de retrait, non. Un journaliste qui ne le sent pas pour des raisons familiales ou de santé, on accède à sa demande. C’est la liberté de conscience de chacun.

Lorsque les journalistes rentrent de ces zones, ils sont mis en quarantaine ou en "quatorzaine". C’est le cas de notre correspondant à Rome, qui est allé le premier en Lombardie, le week-end dernier.

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.