Le mot de l'éco, France info

Compte pénibilité : inapplicable dans les PME ?

Le compte pénibilité est-il une "usine à gaz inapplicable ", comme le fustige la CGPME ? Cela doit permettre à ceux qui ont des métiers pénibles de partir plus tôt à la retraite. Mais les patrons demandent sa suspension. Ce sera l'une des revendications de leur mobilisation la semaine prochaine. Lundi, la CGPME descendra même dans la rue pour la première fois depuis 14 ans.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Maxppp)

Le compte pénibilité sera ouvert pour tout salarié du privé: plus son métier est pénible, plus il l'exerce longtemps, plus il cumulera de points sur son compte et plus il pourra prendre sa retraite tôt. Ce dispositif a été décidé lors de la dernière réforme des retraites et doit entrer en vigueur à partir de janvier prochain.

Comment cela va-t-il  fonctionner ?

On mesure la pénibilité sur des critères très précis, 10 au total : le travail de nuit, le port de charges lourdes, le bruit... Chaque trimestre de travail pénible donne droit à des points. Un crédit, que le salarié peut utiliser soit pour se former à des métiers moins pénibles, soit pour réduire son temps de travail, soit pour partir plus tôt en retraite. Vous le devinez, c'est un peu compliqué à mettre en place. Les entreprises ont obtenu du temps. Cela se fera en deux fois : d'abord en janvier 2015, pour les 4 critères les plus faciles à mesurer, puis en janvier 2016 pour les 6 autres.

 Qu'est-ce qui pose problème, pour le MEDEF ?

D'abord, c'est compliqué de mesurer la pénibilité. Le patronat cite par exemple les postures pénibles. Pour un salarié qui doit se baisser régulièrement, c'est facile. Mais pour celui qui le fait de façon occasionnelle, cela devient très contraignant à évaluer. Ce sera même impossible à faire dans les petites et moyennes entreprises, assurent les organisations patronales. Ensuite, cela aura un coût. Les entreprises vont devoir cotiser un peu plus à partir de 2017 pour financer ce compte pénibilité.

Pour les salariés exposés, est-ce une avancée malgré tout ?

C'est même une première. Jusqu’à présent, il fallait avoir un handicap pour pouvoir partir en retraite plus tôt. Là, on n'attend plus qu'un travail pénible ait laissé des séquelles. On anticipe. Un salarié pourra prendre sa retraite 2 ans plus tôt, au maximum. Mais il faudra qu’il ait fait le plein sur son compte pénibilité. Ce qui revient à avoir travaillé entre 12,5 ans et 25 ans dans des conditions difficiles.

Est-ce que le compte pénibilité permettra de réduire les années de travail  ?

Si le dispositif est appliqué en l'état, cela concernera 3,3 millions de personnes soit environ 20% des salariés du privé. Sauf qu'il y aurait presque deux fois plus de salariés exposés à la pénibilité... près de 39%, selon une étude du cabinet Altaïr Conseil. C’est le cas des médecins urgentistes. Ils n'ont pas accès au compte pénibilité et menacent de faire grève entre Noël et le jour de l'an. Non pas pour réclamer son retrait comme le patronat. Mais pour y avoir droit.

(Maxppp)