Ukraine : la Russie prépare le procès des prisonniers d’Azovstal dans un théâtre de Marioupol

écouter (304min)

Des images interpellent en Ukraine. Montrées à la télévision russe et mises en ligne par le "New York Times", elles laissent entendre que Moscou s’apprête à utiliser un théâtre de Marioupol pour servir sa propagande.

Article rédigé par
Jean-Sébastien Soldaini - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Extrait de la vidéo mise en ligne par le "New York Times" montrant la théatre de Marioupol (Ukraine) transformé en tribunal. (CAPTURE D'ECRAN)

Le théâtre de Marioupol avait été bombardé au tout début de l’invasion de l’Ukraine. Les habitants qui subissaient un siège de la part des forces russes s’y étaient réfugiés. Le mot "enfants" écrit sur le parvis, visible du ciel, était là pour éviter toute attaque. Le bâtiment avait été en partie détruit. C'est aujourd'hui une autre salle de Marioupol qui est apparue dans une vidéo diffusée à la télévision russe. Il s'agit de la philharmonie de la ville.

Ce que montre cette vidéo, à l’intérieur, fait froid dans le dos. Des couloirs fabriqués avec des grilles, avec du fer dont on se sert pour renforcer le béton armé. Des cages aussi apparaissent. En fait, ce n’est plus un théâtre, mais un tribunal pour prisonniers de guerre. Le titre de la vidéo est on ne peut plus explicite : "Tribunal des membres d’Azov".

Parodie de justice

Ces images donnent une idée sur ce qu’il s’y prépare. Les Russes veulent faire de leur parodie de justice un grand spectacle. Les ouvriers sont encore présents sur place, mais Moscou met en ligne des images très travaillées du lieu. Des flous artistiques, un peu comme le faisaient les jihadistes de l’État islamique en Syrie pour décupler l’impact de leurs vidéos et ainsi assurer la communication. Vu de Russie, il faut être sûr de pouvoir montrer un semblant de victoire au peuple russe. Peut-être même, avant la fin de l’été. Une date est avancée par le New York Times le 24 août, jour de la fête de l'indépendance ukrainienne…

Cette communication permet de détourner les regards et l’attention des atrocités commises durant cette guerre. Pourquoi pas aussi d’une éventuelle responsabilité sur des incidents autour de la centrale de Zaporijjia. C’est aussi l’occasion pour la Russie de montrer qu’elle rend justice sur le sol de Marioupol. Dans leur récit, ces terres sont désormais russes. La loi russe s’appliquera derrière le fronton du bâtiment aux colonnes de style romain. Entièrement ravalé, pour y rendre une justice de façade.


Dans une première version de cet article, sur la foi d'informations erronées, nous avons affirmé par erreur que la salle aménagée par les forces russes était le théatre de Marioupol, bombardé en mars alors que des civils, dont des femmes et des enfants, y avaient trouvé refuge. Or il s'agit de la philharmonie de Marioupol.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.