Le monde est à nous, France info

L’ambassade de France au Venezuela confinée par les services de renseignements

Vendredi nous posons le doigt à Caracas. Les relations entre la France et le Venezuela n’étaient pas excellentes mais cette semaine elles ont empiré.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, lors d\'une allocution télévisée dans son palais à Caracas, le 26 mars 2020.
Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, lors d'une allocution télévisée dans son palais à Caracas, le 26 mars 2020. (JHONN ZERPA / VENEZUELAN PRESIDENCY / AFP)

La France a convoqué deux fois cette semaine l’ambassadeur du Venezuela à Paris. Une fois, c’est déjà le signe que quelque chose se tend. Mais deux, c’est vraiment rare. Il faut dire qu’à Caracas, l’ambassadeur français vit une situation plutôt inédite.

Début mai, la rue dans laquelle se trouve sa maison a été bloquée par des barrages de police. Par la simple police, non, la Sibin, l’un des services de renseignement du pays. Des barrages filtrants, pour ne laisser passer que les diplomates. Puis, quelques jours plus tard, l’électricité a été coupée. Et le lendemain, c’était au tour du gaz. La résidence a heureusement un générateur qui lui permet d’avoir du courant, mais ça ne tiendra pas longtemps. Enfin, c’est l’eau qui a été coupée, et les camions citernes n’ont pas le droit de franchir le barrage à l’entrée de la rue  

Une menace contre la France ?  

C’est à la fois un message et une menace. Petit rappel: le pays traverse une crise politique et sociale majeure. Les Vénézuéliens manquent de presque tout. Le président Nicola Maduro, au pouvoir depuis 2013, se maintient au pouvoir à coups d’annulations ou de trucages des élections. En janvier 2019, l’un de ses opposants, Juan Guaido, s’est déclaré président par intérim, en espérant renverser Maduro. Il n’a pas réussi, mais il a pu effectuer une tournée en Europe, où plusieurs pays, dont la France, lui ont apporté leur soutien.  

A son retour à Caracas, en février dernier, Juan Guaido s’est presque volatilisé, sans doute de peur d’être arrêté. Et la rumeur court qu’il aurait trouvé refuge dans la résidence d’une ambassade européenne.  

La France pas la seule dans ce cas  

L’ambassade d’Espagne n’a plus non plus de courant ni d’eau, comme les résidences d’Autriche et d’Afrique du Sud. Mais c’est une attitude dangereuse, inhabituelle dans le monde de la diplomatie, et qui montre aussi le niveau de tension au sommet du pouvoir à Caracas.  

Le régime de Maduro n’est plus soutenu que par la Chine, la Russie, et Cuba. Et les Américains, qui cherchent à faire tomber le président Maduro, viennent de l’inculper officiellement pour "narco-terrorisme".

Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, lors d\'une allocution télévisée dans son palais à Caracas, le 26 mars 2020.
Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, lors d'une allocution télévisée dans son palais à Caracas, le 26 mars 2020. (JHONN ZERPA / VENEZUELAN PRESIDENCY / AFP)