Le monde est à nous, France info

La Crimée petit à petit s'éloigne de l'Ukraine et de l'Europe

Maintenant, un train circule entre la Russie et la Crimée. Il utilise le pont inauguré l'an dernier par Vladimir Poutine. Plus qu'une raison économique, il s'agit d'un but politique.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le pont reliant la Russie à la Crimée, le 23 décembre 2019.
Le pont reliant la Russie à la Crimée, le 23 décembre 2019. (ALEXEY NIKOLSKY / SPUTNIK / AFP)

Il ne s'agit pas de la dérive des continents, mais c'est tout comme car cette semaine a été inaugurée une toute nouvelle liaison ferroviaire entre la Russie et la ville de Kertch en Crimée. Pour couper le ruban, évidemment, le président de Russie en personne, Vladimir Poutine. Il a pris place dans la cabine de tête du train pour le voyage à côté du conducteur et il a expliqué que c'est un évènement très agréable, et très important pour la Crimée, pour le sud de la Russie et pour tout son pays. Le pont avait déjà été inauguré en mai 2018. Déjà à l'époque l'évènement avait été présidé par Vladimir Poutine, qui, pour l'occasion, avait pris place au volant d'un camion pour une séance médiatique comme il en a le secret. Il faut savoir que ce pont, qui est le plus long d'Europe, mesure 19 kilomètres. Qu'il permet aux camions, aux voitures et maintenant aux trains de passer et qu'il a été construit par un ami milliardaire du président Russe. L'ouvrage a coûté trois milliards car il faut savoir qu'il est situé dans un endroit très instable en mer d'Azov.

L'enjeu principal de ce pont est politique

Évidemment, la Russie a annexé la péninsule ukrainienne en mars 2014 après un référendum dénoncé par l'Ukraine et l'Europe. Cette annexion a servi également de prétexte pour la guerre entre pro-russe et ukrainien dans l'est de l'Ukraine, or,  l'enjeu pour Poutine, c'est de tout faire pour que le processus inverse ne puisse pas avoir lieu. C'est à dire que la Crimée retourne en Ukraine. D'où ce pont qui permet de renforcer les liens économiques et à la Russie d'asseoir son pouvoir. Plus le temps passe et plus les traces de la présence ukrainienne ont tendance à disparaître en Crimée. Exemple tout simple qui montre que cela fonctionne : quand vous tapez Crimée sur Google et que vous allez sur la map (la carte),  vous apercevez une frontière entre l'Ukraine et la Crimée et pas de frontière entre la Crimée et la Russie. Or, ni les États-Unis, ni l’Europe, ni même l'ONU ne reconnaissent cette annexion.

Le pont reliant la Russie à la Crimée, le 23 décembre 2019.
Le pont reliant la Russie à la Crimée, le 23 décembre 2019. (ALEXEY NIKOLSKY / SPUTNIK / AFP)