"J'ai envie de partager cet album avec les gens" : Jain repart sur les routes avec "The Fool"

Tous les jours, une personnalité s'invite dans le monde d'Élodie Suigo. Aujourd’hui, l’auteure, compositrice et interprète Jain. Elle vient de publier son troisième album, "The Fool". Elle sera à partir du 8 juin 2023 en tournée des Zénith et dans les festivals.
Article rédigé par France Info - Elodie Suigo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
La chanteuse, auteure et compositrice Jain à Paris le 24 février 2023 (LP/OLIVIER LEJEUNE / MAXPPP)

Jain est auteure, compositrice et interprète et son arrivée dans le monde musical a été comme un raz-de-marée. En 2015, son premier album Zanaka avec les titres Come et Makeba ont tourné en boucle. Idem avec son album Souldier en 2018 avec 1,2 million d'albums vendus dans le monde et plus de 2 milliards de streams. Mais voilà, ce succès, cette spirale infernale qui l'a éloignée de ses repères, a eu un peu raison d'elle, à un moment donné, entraînant une pause. Elle a annulé sa dernière tournée pour se ressourcer et cela s'entend dans son nouvel album.

Jain vient de publier son troisième album, The Fool. Et à partir du 8 juin 2023, elle sera en tournée des Zenith et dans les festivals.

franceinfo : The Fool vient de sortir après quatre ans d'absence. Vous semblez chargée d'énergie positive.

Jain : Oui, oui, ça fait du bien. Je suis très contente qu'il soit sorti et j'ai hâte de le faire vivre.

Ça fait un peu peur ou pas ?

Oui, je suis morte de trouille, mais je suis beaucoup plus excitée que je n'ai peur. J'ai travaillé pendant longtemps sur cet album et le fait qu'il sorte, c'est vraiment un accomplissement pour moi.

Quand Zanaka est sorti, ce qui signifie 'enfant' en malgache, vous rappeliez un peu les origines métissées de votre maman. Vous étiez très jeune au moment de cette sortie et à tel point qu'on se demande d'ailleurs si vous n'étiez pas trop jeune pour vivre un tel succès. Ça a tellement été un raz-de-marée... Est-ce que ça vous a déstabilisée ?

Ça m'a un petit peu déstabilisée. Mais en vrai, quand on est dans l'œil du cyclone, on ne s'en rend pas forcément compte tout de suite. On prend du temps. Et moi, ce qui m'a déstabilisée, c'est plutôt la sortie du deuxième album parce que tout s'était très vite enchaîné entre les deux, je sentais que je pouvais donner plus, mais je n'y arrivais pas. Et c'est ce qu'il y a de plus frustrant quand on est un artiste, c'est de ne pas donner ce qu'on veut donner.

Et pourtant, vous avez donné énormément. 300 concerts en cinq ans, on ne peut pas dire que vous n'avez pas donné. Ça représente quoi The fool alors ?

C'est un album beaucoup plus personnel parce que c'est un peu fou de changer d'influences comme ça, de proposer vraiment un virage à 180 degrés.

"Avec ce troisième album, j'avais envie de prendre des risques. J'avais envie de montrer d'autres influences. J'avais envie de montrer qui j'étais, aujourd'hui, à 30 ans."

Jain

à franceinfo

Cet album est aussi une main tendue pour nous embarquer et mieux comprendre qui est Jain, l'artiste et la femme qui se cache derrière. Est-ce que, justement, ça aide à écrire ?

Oui, complètement. Ma volonté dans cet album était de raconter un peu plus qui j'étais, ce que j'ai vécu aussi. C'est un album beaucoup plus personnel. Il est vrai que dans les deux premiers, j'étais plus sur le côté rythmique, sur l'amour universel, sur la tolérance, ce que je suis toujours aujourd'hui, mais là, j'avais plus envie de raconter des choses d'amour.

The Fool est une façon de dire : "Moi, je n'ai pas peur de tomber". Ça fait avancer justement de temps en temps de tomber ?

Complètement. C'est ce qui m'est un peu arrivé. Voilà, j'ai dit non, j'ai dit stop et je me suis retrouvée chez moi avec mes valises après, peut-être, quatre ans de tournée. J'avais très peur et en fait, c'était le meilleur moment de ma vie parce que là, j'ai pu me poser de vraies questions sur qui j'étais.

Vous êtes allée récupérer cette innocence que vous aviez perdu. L'innocence permet de trouver les mots justes pour aller donner l'émotion juste ?

"Prendre du recul, c'est essentiel. Quand on est artiste il faut se reposer les questions : est-ce que la musique que je fais me ressemble encore aujourd'hui ? Quelle musique me ressemble aujourd'hui ?"

Jain

à franceinfo

Ce qui a été un vrai bol d'air pour moi, ça a été de reprendre ma place d'amoureuse de la musique, de pouvoir réécouter des albums, réécouter des vinyles, de pouvoir aller voir des concerts et de redécouvrir pourquoi j'aime ça.

Vous avez trouvé un lieu pour vous raconter. C'est une petite cabane de pêcheur à Marseille. Ca inspire justement d'être dans un lieu où on n'entend pas de bruit, où ce qui nous entoure, c'est la nature ?

Oui, c'est super inspirant. Moi, j'ai toujours vécu près de la mer, près de l'océan, que ce soit à Pointe-Noire au Congo ou à Abou Dhabi. Et donc le bruit de l'eau, le clapotis comme ça, c'est quelque chose qui a marqué toute mon adolescence et c'est quelque chose qui m'inspire beaucoup. Du coup, aller à Marseille, vers l'anse de Malmousque, dans ce petit cabanon de pêcheur, d'ouvrir les fenêtres et d'être seule avec ma guitare, en regardant les étoiles par la fenêtre, j'ai eu l'impression de me redécouvrir.

Chaque chanson correspond à une carte de jeu. Elle dessine une émotion. C'est un clin d'œil à votre maman puisque depuis toute petite, votre maman tire les cartes. C'était important aussi de revenir à ce jeu de tarot ?

Oui, j'aime bien raconter des histoires dans tous les albums que j'ai faits. Là, je voulais raconter une nouvelle histoire qui rend encore une fois hommage à ma mère. Et en fait, elle me tire les cartes de tarot depuis que je suis toute petite et c'est quelque chose que j'adore faire, ce sont toujours des moments très joyeux. En fait, je me suis rendu compte que tous les symboles qu'il y avait autour du tarot de Marseille étaient assez cosmiques au final, et j'avais envie de créer un jeu, que chaque chanson soit une carte de tarot que j'ai dessinée et que les gens puissent avoir un objet aussi.

Il y a un côté très fédérateur effectivement, et avec ces concerts qui arrivent, vous allez remonter sur scène. Vous êtes quasiment dans tous les festivals et aussi une grosse tournée des Zénith. Ça vous tient à cœur de remonter sur scène ?

Oui. Moi, la scène, c'est là où vraiment je me retrouve. C'est un endroit où j'ai été extrêmement heureuse, que j'ai laissé un peu de côté pendant quatre ans. Et là, je ressens le besoin vraiment de m'exprimer sur scène. Maintenant, je ne serai plus toute seule, il y aura un groupe. Je serai avec des musiciens, donc c'est chouette. Et j'ai envie de partager cet album avec les gens.

Jain sera en concert le 8 juin 2023 à Aix-en-Provence, le 10 à Avignon, le 11 à Dijon, le 22 à Montendre, le 23 au festival Solidays à Paris etc.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.