Cet article date de plus de neuf ans.

"Hôtel Brasília" de João Almino

écouter (5min)
Brasilia est une ville mythique. Dans son nouveau roman, l'écrivain brésilien João Almino raconte la construction de cette capitale où se côtoient ouvriers, ingénieurs, commerçants, prostituées et hommes de légende. Un livre savoureux et poétique d'une grande virtuosité.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)
Hôtel Brasília , de João Almino, traduit du brésilien par Geneviève Leibrich, est  publié aux éditions Métailié (222 p., 18,50E) – Note : ***

Résumé : Une nouvelle capitale est en train de s'élever au centre du
Brésil, toutes sortes de gens confluent vers ce nouvel espoir de travail et de
vie. Le père du héros se donne pour mission de relater au jour le jour dans ses
cahiers cette nouvelle vie en train d'éclore. Il vit à Cidade Livre, la Ville
libre, appelée plus tard Nucleo Bandeirante, entre ville provisoire et
bidonville, peuplée d'ouvriers, d'ingénieurs, de commerçants et de prostituées.
Avec lui, il y a son jeune fils, le narrateur, et ses deux tantes adoptives,
Matilde et Francisca, sources d'étonnements et d'émois.

Ce récit de la construction de Brasilia entre 1956 et 1960 mêle les espoirs et
les exploits, les constructeurs de la ville, les visiteurs célèbres ou non, les
bâtisseurs de société et les rêveurs des sectes qui s'assemblent dans le désert
du planalto brésilien.

Au moment où il croit lire un reportage sur une utopie réalisée le lecteur
tombe dans les rets du romancier et dans ce tourbillon vertigineux qu'est la
subjectivité. Il se perd sur les traces de Valdivino, le paysan du Nordest, et
de son mystérieux grand amour, la prophétesse Iris Quelemém qui règne sur le
jardin du Salut. Il suit les courses du jeune garçon fasciné par la cycliste
aux tresses brunes, l'épopée de l'ouverture de la route Brasilia Belem, les
amours clandestines du père, les spéculations financières et les dettes qui le
jetteront dans la prison où va le voir son fils adulte pour comprendre ses
secrets. João Almino capte les voix qui affluent vers cette ville mythique et
les restitue dans un incomparable style transparent à l'image de la lumière de
Brasilia.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.