Cet article date de plus de neuf ans.

L'Union européenne et la Chine vont-elles se déclarer une guerre commerciale ouverte?

écouter
Il fallait s'y attendre. Deux jours après les propositions de Bruxelles de taxer à 47% les panneaux solaires chinois, Pékin a contre-attaqué.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Elle a annoncé ce matin une
enquête anti-dumping contre les fabricants européens, japonais et américains de
tubes sans soudure. Les autorités chinoises ne ciblent aucune entreprise en
particulier mais le numéro un mondial du secteur, le français Vallourec, a
immédiatement été chahuté à la Bourse de Paris. Le groupe a eu beau affirmer
que ses ventes de tubes sans soudure à la Chine ne représentaient qu'1% de son
chiffre d'affaire, le titre a perdu 1,3%.

Mais faut-il prendre au sérieux cette escalade entre la Chine et l'Union européenne?

Potentiellement
oui, car les deux entités ont d'autres contentieux. Notamment sur le libre
accès au marché chinois ou la défense des droits de propriété intellectuelle. Selon
Mary-Françoise Renard, responsable de l'institut de recherche sur l'économie de
la Chine au Cerdi, les risques sont réels.

Le yen poursuit sa
chute.

Pour la première
fois depuis 4 ans et demi, la monnaie japonaise a en effet dépassé le seuil des
100 yens pour 1 dollars. Sur 6 mois, elle a perdu 20% de sa valeur face au
billet vert. De quoi réjouir le gouvernement japonais car une monnaie faible va
leur permettre de mieux exporter et donc, favoriser la croissance.

Le nouveau K-way
va-t-il séduire les français?

Les plus de 30 ans
se souviennent forcément du K-way, ce célèbre coupe-vent en nylon qui
s'accroche autour de la taille grâce à sa poche banane. Depuis 6 mois, il tente
de faire son grand retour en France alors qu'il avait quasiment disparu des
rayons depuis 20 ans. Malmenée par la concurrence et les copies asiatiques à la
fin des années 80, la marque française a été revendue à Pirelli quelques années
plus tard. En 2004, elle est devenue la propriété de l'Italien BasicNet qui l'a
relancée en Italie avec succès.  Ce
groupe tente désormais de faire pareil en France où le mot k-way est si célèbre
qu'il est entré dans le dictionnaire. Robert Dodd, à qui
la licence de distribution a été confiée en début d'année, ne cache pas ses
ambitions.

Le positionnement
du nouveau k-way est relativement haut de gamme. Les modèles les plus basiques
sont vendus à partir de 50 euros, les plus perfectionnés, 350 euros. Une
boutique au nom de la marque devrait ouvrir d'ici la fin de l'année à Paris.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.