Législatives : qu'Emmanuel Macron s'implique est "une évidence" pour Yaël Braun-Pivet, qui ne dit pas si sa photo sera sur son affiche de campagne

La présidente sortante de l'Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, est candidate à sa réélection dans les Yvelines.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 9 min
Yaël Braun-Pivet, présidente sortante de l’Assemblée Nationale, et candidate Renaissance aux élections législatives dans la 5e circonscription des Yvelines, le 12 juin 2024 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

"Le président de la République a besoin d'une majorité pour gouverner. Qu'il s'implique dans la campagne, c'est une évidence", assure mercredi 12 juin la présidente sortante de l'Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet sur franceinfo. Lors d'une conférence de presse, en fin de matinée, Emmanuel Macron va dévoiler son plan de bataille pour les législatives anticipées du 30 juin et du 7 juillet. "Il a besoin d'une majorité forte", justifie encore la députée sortante des Yvelines, candidate à sa réelection, dans la 5e circonscription (Maisons-Laffitte, Le Mesnil-le-Roi, Montesson, Sartrouville, Le Vésinet).


Yaël Braun-Pivet se dit "fière d'être aux côtés d'Emmanuel Macron depuis sept ans" et son arrivée à l'Élysée. Ira-t-elle jusqu'à mettre la photo du chef de l'État sur son affiche de campagne ? Questionnée à plusieurs reprises sur ce sujet, elle botte en touche. "On ne fait pas de la politique tout seul. Aujourd'hui, qui est en campagne ? Le président de la République, le Premier ministre, l'ensemble du gouvernement, l'ensemble des parlementaires et j'espère de très nombreux citoyens qui vont nous rejoindre pour préserver la République", dit-elle.

Au sein de la majorité, l'implication du chef de l'État dans la campagne ne fait pas l'unanimité. Interrogé par BFMTV, mardi, son ancien Premier ministre, Édouard Philippe, s'est dit "pas sûr qu'il soit complètement sain que le président de la République fasse une campagne législative". Hors micro, certains vont plus loin. "C'est un repoussoir, il va polluer notre campagne" s'énerve un conseiller de l'exécutif, joint par franceinfo. "C'est un enfer, qu'il se taise", s'emporte un autre. "Est-ce qu'Emmanuel Macron va être un boulet" pour les députés du camp présidentiel sortant, s'inquiétait mardi sur franceinfo Patrick Vignal. Est-ce que "le 'nouveau Macron 2024', va comprendre qu'il faut être près des gens ?".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.