Nucléaire : Flamanville va être progressivement mis en service en 2024

C’est officiel. En mars, EDF prévoit de charger en combustible nucléaire l’EPR de Flamanville, dans la Manche, et son raccordement au réseau doit se faire en juin 2024.
Article rédigé par Fanny Guinochet
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
Opérateur dans la salle de contrôle du réacteur nucléaire (EPR) de troisième génération de Flamanville, en Normandie, le 14 juin 2022. (SAMEER AL-DOUMY / AFP)

On voit la lumière au bout du tunnel, car l'EPR de Flamanville 3, c’était un peu devenu l’arlésienne. Depuis le démarrage de sa construction en 2007, le calendrier n'a cessé de déraper. Des problèmes de fissures, de différents déboires techniques, comme dernièrement un nouveau problème de soudure ne supportant pas les températures extrêmes...

Initialement, Flamanville devait être mis en service en 2012, il y a plus de 10 ans. Ces problèmes de chantier ont entraîné des surcoûts, au point que la facture avoisine désormais les 13 milliards d’euros. Avec 12,7 milliards exactement, le devis initial a presque quadruplé. Cette fois, si on en croit EDF, c’est la bonne. Les essais de sécurité sont probants et EDF va pouvoir charger le combustible pour mettre en service, petit à petit, ce nouveau réacteur nucléaire EPR.

En fonctionnement mais en phase de test

La production d'énergie nucléaire en tant que telle va devoir encore attendre, car Flamanville va passer d'abord une série de tests, à différents niveaux de puissance, alternant avec des interruptions, des arrêts... Le démarrage va donc être très progressif. Flamanville ne fera pas augmenter significativement la production globale d’électricité dans l’hexagone avant un moment, d’ailleurs EDF ne l’a pas intégré dans ses prévisions globales des deux prochaines années.

Avec l'ensemble de ses installations plus ou moins vieillissantes, la production d’EDF ne va pas se redresser avant 2025-2026, selon ses dires. Même si, sous la pression du gouvernement, le groupe fait son possible pour restaurer son outil industriel, et en finir avec les problèmes de corrosion sur certains de ses réacteurs.

Hiver serein

Mais pas d'inquiétude pour cet hiver, la disponibilité du parc nucléaire français a quand même beaucoup progressé et selon EDF, elle est équivalente désormais à ce que nous avions avant les problèmes de fissures.

De plus, si on en croit le patron de l’entreprise, Luc Rémont, le niveau de remplissage hydroélectrique est supérieur à la moyenne. Avec les températures clémentes actuelles, mais aussi les efforts de sobriété des Français, la consommation d’électricité est faible. Tous ces éléments devraient donc nous permettre de passer l’hiver sereinement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.