Le décryptage éco , France info

Le décryptage éco. Patrice Clos candidat au poste de secrétaire général de FO

Patrice Clos est candidat pour prendre la place de Pascal Sauvageau. Il est entré à FO en 1987 et il est aujourd’hui le secrétaire national des transports routiers. Le décryptage de Fanny Guinochet ("L'Opinion").

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Patrice Clos, Sécrétaire général de FO transports et logistique, à Calais (Pas-de-Calais), le 18 février 2017.
Patrice Clos, Sécrétaire général de FO transports et logistique, à Calais (Pas-de-Calais), le 18 février 2017. (MAXPPP)

Chez Force ouvrière, un premier candidat s’est déclaré pour succéder à Pascal Pavageau qui avait donc été contraint de démissionner après la révélation d’un fichier occulte interne à FO.
Il s’appelle Patrice Clos, et il a fait savoir dans un courrier qu’il était candidat pour être le leader de Force ouvrière, qui est rappelons-le le troisième syndicat français.
Patrice Clos est un militant pur jus, entré à FO il y a 30 ans, en 1987, et qui est aujourd’hui secrétaire national des transports routiers. Un secteur que le gouvernement regarde de près en ce moment, étant donné les risques de blocages. Patrice Clos est plutôt considéré comme un dur, un proche de la frange anarchiste de Force ouvrière. Il était très hostile à Jean-Claude Mailly, et a été un des soutiens jusqu’au bout de Pascal Pavageau. S’il est candidat, c’est dit-il "pour faire respecter les résolutions prises lors du congrès d’avril dernier et ne pas se les faire voler." Autrement dit, il défend une ligne contestataire. 

Les conciliabules vont bon train à FO 

Il faut voir évidemment qui il y aura en face, mais Patrice Clos devrait quand même avoir du mal à remporter une majorité des voix, car il ne fait pas l’unanimité.  Surtout, il y a très peu de chances que Patrice Clos reste seul en piste. C’est cette semaine que les candidats vont se déclarer. Selon les statuts de FO, ils ont jusqu’au 6 novembre pour le faire au début de la semaine prochaine. En ce moment, les conciliabules vont bon train. FO est une organisation complexe où il y a plusieurs mouvances qui coexistent, cohabitent. On a assisté à une alliance improbable ces dernières semaines, entre les réformistes et les trotskistes qui se sont mis d’accord pour pousser Pascal Pavageau rapidement vers la porte de sortie. C’est cette même alliance qui est aujourd’hui aux manettes et qui se démène pour trouver un candidat qui convienne à tous. L’organisation ne peut pas se permettre de se livrer une bataille sanglante après les turbulences qu’elle connaît. 

Les élections professionnelles de la fonction publique le 6 décembre prochain

Plus de cinq millions d’agents publics sont invités à voter pour élire leurs représentants et Force ouvrière joue gros dans ce scrutin, car elle est très représentée dans les services publics. Elle reste la première organisation de la fonction publique d’Etat. Cette affaire de fichiers pourrait lui coûter des places
Par ailleurs, FO ne peut pas rester empêtrée trop longtemps dans ses problèmes internes, alors qu’il y a actuellement des réunions stratégiques avec le gouvernement. On le voit, l’exécutif précise ses intentions en matière de réforme de la fonction publique, avec plus de recours aux contrats. Il y a aussi la réforme des retraites qui sont en cours, les réunions sur l’assurance-chômage qui ont commencé. Sans chef de file, l’organisation ne fait pas entendre sa voix. 

Le prochain secrétaire général connu fin novembre

Une fois les candidatures connues la semaine prochaine, il faudra qu’elles soient validées. Ensuite, il y aura un vote les 21 et 22 novembre prochain, au sein du Comité confédéral national, c’est-à-dire l’équivalent du parlement de Force Ouvrière. 

Patrice Clos, Sécrétaire général de FO transports et logistique, à Calais (Pas-de-Calais), le 18 février 2017.
Patrice Clos, Sécrétaire général de FO transports et logistique, à Calais (Pas-de-Calais), le 18 février 2017. (MAXPPP)