Pascal Pavageau démissionne de son poste de secrétaire général de FO après une affaire de fichage au sein du syndicat

Après une semaine de polémique, Pascal Pavageau a démissionné, mercredi matin, de son poste de secrétaire général de Force ouvrière. Son successeur sera connu fin novembre, à l'issue du Comité confédéral national.

Pascal Pavageau, ancien secrétaire général de Force Ouvrière, le 29 août 2018.
Pascal Pavageau, ancien secrétaire général de Force Ouvrière, le 29 août 2018. (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)

Pascal Pavageau a démissionné de son poste de secrétaire général de Force ouvrière, a appris franceinfo de source syndicale, dans la matinée du mercredi 17 octobre. Selon les informations de franceinfo, il avait déjà vidé en partie son bureau au siège de la Confédération. Son successeur sera connu lors du Comité confédéral national du syndicat qui se tiendra les 21 et 22 novembre 2018, a appris franceinfo mercredi. Les candidats seront connus quinze jours avant cette date.

Le responsable syndical se trouvait au cœur d'une crise interne depuis la révélation de l'existence de fichiers occultes par le Canard enchaîné, des documents que franceinfo a pu consulter. Au total, plus de 120 cadres ont été fichés.

Une lettre entre excuses et indignation

"À tous les adhérents, je m’excuse de lâcher, mais c’est trop dur, écrit Pascal Pavageau dans un courrier adressé à tous les membres du Comité confédéral national. Je savais qu'en acceptant le mandat de secrétaire général, tous mes actes seraient passés au crible, mais jamais à ce point (...) J'ai revendiqué chaque jour de la vie, je n'ai pas su reconquérir."

"Soyez fiers du mal que vous m'avez fait", déclare l'ancien secrétaire général de FO.  Il s'indigne aussi, dans son courrier, du comportement de certains membres de son syndicat : "Comment est-il possible que certains responsables de l'organisation aient ces documents depuis plusieurs semaines, qu'ils ne m'aient pas informé et qu'ils aient choisi la presse comme moyen de diffusion ?"

La commission exécutive de Force ouvrière se rassemble dans la matinée

Le secrétaire général était déjà menacé par la commission exécutive organisée dans la matinée du mercredi 17 octobre. Les membres de la direction élargie du syndicat se réunissent en commission exécutive, pour débattre de l'affaire et prendre les décisions qui s'imposent.

Sur les 35 membres de cette commission, 33 apparaissent dans ces mémos illégaux, avec des commentaires sur leur orientation politique, et pour certains, des qualificatifs humiliants comme "bête", "mauvais", "niais", ou "magouilleur".