Le décryptage éco, France info

Le décryptage éco. Le coronavirus peut-il faire sombrer l'Italie économiquement ?

Le pays le plus touché en Europe par le coronavirus Covid-19 est l’Italie. Une catastrophe sanitaire évidemment mais aussi économique. Car il y a un risque de faire un peu plus plonger une Italie fragile économiquement. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La police italienne contrôle les habitants vers Milan, le 23 février 2020.
La police italienne contrôle les habitants vers Milan, le 23 février 2020. (MIGUEL MEDINA / AFP)

L’épidémie se concentre sur la Lombardie et la Vénétie, et ces deux régions italiennes sont importantes économiquement. Ces deux régions du Nord, autour de Venise et de Milan, sont le coeur industriel de l'Italie. À elles deux, elles créent plus d’un tiers de la richesse italienne, c’est-à-dire plus d’un tiers du PIB. Elles représentent aussi 40% des exportations du pays. C’est là ou se concentrent les pôles financiers, commerciaux, industriels du pays. Ces deux régions ne découvrent pas le coronavirus, elles avaient déjà commencé à en ressentir les effets. Par exemple, les acheteurs chinois ne sont pas venus la semaine dernière à la Fashion week de Milan, et le secteur du tourisme avait aussi enregistré des annulations de touristes asiatiques. Mais là, avec plus d’une centaine de cas de coronavirus détectés, et des villes en confinement, elles craignent un coup fatal pour leur économie, parce que cela va entraîner des mises à l’arrêt d’usines. Certaines entreprises comme Vodafone ou Enel ont d’ailleurs déjà demandé à leur salariés de faire du télétravail. D’autres envisagent carrément de faire du chômage technique. Les syndicats demandent à être reçus d'urgence par le gouvernement. Ils veulent un plan de soutien rapide aux entreprises en difficulté.  

Le gouvernement doit recourir à des mesures classiques 

L’administration va suspendre les collectes d’impôts, le gouvernement va demander aux banques de faire preuve de souplesse pour les crédits aux petites entreprises qui seront les plus en difficulté. On parle aussi d’un fonds d’aide de 10 à 20 millions d'euros mis en place prochainement pour aider ces entreprises. Mais l’Italie n’a pas beaucoup de marges de manoeuvre.  

L’Italie est déjà déprimée économiquement

La semaine dernière, la Commission européenne a une nouvelle fois révisé à la baisse ses prévisions de croissance pour le pays pour 2020, avec une croissance qui ne dépassera pas les 0,3%. Cela fait plusieurs mois que l’Italie s’enfonce, on espérait un choc de confiance après le changement de gouvernement l’an dernier mais il n’a pas eu lieu. La production industrielle italienne continue de baisser, les patrons comme les ménages n’ont pas le moral. Le pays a une dette qui s’apparente à un boulet : plus de 132 % du PIB.

Et même sans le coronavirus, ses exportations, qui restaient pourtant le principal moteur de l’économie du pays, avaient déjà tendance à se gripper. Bref, l’Italie est déjà le mauvais élève économique de l’Europe. Il y a un vrai risque de décrochage total.               

La police italienne contrôle les habitants vers Milan, le 23 février 2020.
La police italienne contrôle les habitants vers Milan, le 23 février 2020. (MIGUEL MEDINA / AFP)