Cet article date de plus de deux ans.

Emmanuel Macron - Marine Le Pen : le match des programmes économiques

C'est aussi sur le programme économique que les deux finalistes de l'élection présidentielle se distinguent. Que faut-il retenir ? Le décryptage de Fanny Guinochet.

Article rédigé par franceinfo - Fanny Guinochet
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Emmanuel Macron, La République en marche, (à gauche), Marine Le Pen, Rassemblement national, (à droite), les deux finalistes à l'élection présidentielle de 2022. Photo montage. (AFP)

Le premier grand thème du programme économique des deux finalistes concerne le pouvoir d’achat. Marine Le Pen en a fait l'axe central de sa campagne : rendre 200 euros par mois aux Français en baissant les taxes, notamment la TVA sur l’énergie – gaz, fioul, carburants – de 20% à 5, % en mettant une TVA à zéro sur une centaine de produits de première nécessité, hygiènes et alimentaires. Mais aussi en réduisant les tarifs des péages, des autoroutes qu’elle renationalise. 

Emmanuel Macron veut poursuivre le bouclier tarifaire sur le gaz et l’électricité qu’il a mis en place. Il prolonge aussi la ristourne à la pompe de 15 à 18 centimes   Mais, pour le président sortant, la meilleure façon de regagner du pouvoir d’achat se fera par le travail. Il prolonge la prime dite Macron sans cotisation, ni impôts, dont il s’engage à tripler le montant – donc jusqu’à 6 000 euros par an – pour ceux qui touchent moins de trois Smic.

Tous les deux s’engagent à baisser les impôts  

S’il est élu, Emmanuel Macron continue sa politique de baisse d'impôts de production des entreprises. Même chose pour Marine le Pen qui promet aussi de mettre en place un impôt sur la spéculation financière pour les sociétés.

Mais, la candidate du Rassemblement national se distingue par une mesure pour les jeunes : la suppression de l’impôt sur le revenu pour les moins de 30 ans. Pas de grand chamboulement. Côté Emmanuel Macron, par rapport au premier quinquennat : il poursuivra les baisses d’impôt des ménages par exemple en supprimant  la redevance audiovisuelle, redevance que Marine Le Pen supprime aussi.  

L'enjeu des retraites

Il y a une vraie différence entre eux sur les retraites. De 62 à 65 ans d’ici dix ans. En portant la retraite minimale à 1 100 euros par mois et en prenant mieux en compte la pénibilité pour le candidat-président. De son côté, Marine Le Pen, ne prévoit pas de recul de l’âge. Au contraire. Elle promet un départ à la retraite progressif, à partir de 60 ans, en fonction du moment où vous avez commencé à travailler. Par exemple, si vous avez commencé à travailler avant 20 ans, vous partirez à 60 ans,  sinon ce sera plus tard. Elle fixe la retraite minimale à 1 000 euros et réindexe les retraites pleinement sur l’inflation. S’il est réélu Emmanuel Macron s’engage, de son côté, aussi à indexer, dès cet été, les retraites sur l’inflation au lieu d’attendre janvier prochain.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.