Economie : bagarre entre le gouvernement et les banques autour du livret A

Avec l’inflation, le taux du livret A promet d’augmenter mais les banques montent au créneau contre cette hausse. Pourquoi ? Le décryptage de Fanny Guinochet.

Article rédigé par Fanny Guinochet
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Livret A : des placements record grâce à une hausse du taux d’intérêt (AFP)

Le bras de fer ne fait que commencer. Les banques ne veulent pas d'une augmentation du taux de rémunération du livret A : cela veut dire des milliards d’euros à sortir en plus pour rémunérer l’épargne des Français.

>> Le Livret A engrange près de 20 milliards d'euros au premier trimestre, son plus haut niveau depuis 2009

Aujourd’hui, le taux du livret A est à 3 %. Mais compte tenu de l’inflation qui va continuer à progresser, ce taux devrait augmenter en août prochain. Il pourrait atteindre jusqu’à 4%. Or, un point d’écart, ce sont des intérêts en plus que les banques devront verser aux détenteurs du livret A. On rappelle que c'est le gouvernement qui fixe le taux, sur recommandation de la Banque de France. Depuis plusieurs semaines, les banques font du lobbying auprès de Bercy pour que rien ne change, histoire de limiter la facture.    

Si les Français remplissent leurs comptes épargne, c'est parce qu'ils n’ont pas confiance en l’avenir. Ils ont du mal à investir dans la pierre, car l’accès au crédit immobilier s’est durci. Alors, ils gardent leur argent sur leurs comptes. Il y a un an à peine, en janvier 2022, le livret A était à 0,5%. On est à 3% aujourd'hui. C'est incitatif même si ça reste très en dessous de l’inflation qui est à 6%.

Résultat : le livret A vient d’engranger une nouvelle collecte record, avec plus de quatre milliards d’euros sur le seul mois de mars. C’est de loin le placement préféré des Français devant l’assurance-vie. Et il y a aussi le livret de développement durable et solidaire sur lequel les Français placent aussi beaucoup leur argent. À eux deux, il y a plus de 530 milliards d’euros. 

À qui profite vraiment l'épargne ?

Reste que c'est plus coûteux pour certaines banques que pour d’autres. Comme celles spécialisées historiquement sur le livret A, comme la BPCE, la Banque postale ou encore du Crédit mutuel qui en détiennent le plus.

Mais tous les établissements financiers mettent en garde : trop relever les taux du livret A va pousser encore les Français à épargner à un moment où ils ont déjà tendance à moins consommer. Or, cela peut déstabiliser l'économie, car le livret A profite à ceux qui peuvent épargner, pas aux 20% de ménages les plus modestes, qui ont du mal à finir les fins de mois.

La bataille entre les banques et Bercy ne fait que commencer, car pour le gouvernement, l’annonce d’une hausse des taux du livret A est toujours populaire. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.