Attractivité de la France : près de quatre milliards d'euros d'investissements étrangers prévus cette année dans l'hexagone

écouter (2min)

Cette année encore, "Choose France", le sommet de l’attractivité lancé par Emmanuel Macron, n’aura pas lieu à cause du Covid-19. Mais le chef de l’État va tout de même annoncer des investissements étrangers dans le pays. Le décryptage  de Fanny Guinochet.

Article rédigé par
Fanny Guinochet - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'usine Ferrero de Villers-Ecalles (Seine-Maritime). (LP/OLIVIER ARANDEL / MAXPPP)

D’habitude, à cette époque, Emmanuel Macron organise un rendez-vous pour inciter les grands patrons étrangers à venir installer leur usine en France. Il joue les représentants, les VRP, en leur réservant le meilleur accueil, sous les ors de la République, à Versailles.

Cette année, à cause du Covid-19, pas de rencontres en présentiel possible. Mais à trois mois de l’élection présidentielle, et alors que la réindustrialisation est un thème important de la campagne, Emmanuel Macron ne veut pas faire l’impasse sur la vingtaine de projets que des entreprises étrangères prévoient de faire cette année dans l’hexagone. Surtout que selon l’Élysée, ces projets représentent quatre milliards d’euros d’investissement, et devraient permettre de créer plus de 10 000 emplois ainsi que 16 000 postes en intérim.

Les trois plus gros projets d’implantation sont dans la plasturgie, qu’il s’agisse d’usines de production ou de recyclage. Dans le domaine de la santé, aussi, l’américain Pfizer prévoit d’installer en France un de ses sous-traitants pour la production de traitement contre le Covid-19. Il devrait aussi y avoir des sites aéronautiques ou encore des marques plus connues du grand public comme Ikea, le géant suédois du meuble, qui va renforcer son expansion en France. Pareil pour l’italien Ferrero, spécialisé dans le chocolat, qui va encore assoir sa présence en Normandie

La France est-elle réellement devenue plus attractive ?

Le gouvernement met en avant son bilan. Selon lui, sous son quinquennat, au total, une cinquantaine de projets ont vu le jour, soit 12 milliards d’euros d’investissements étrangers, et près de 25 000 emplois crées sur le quinquennat. Emmanuel Macron insiste surtout sur le fait que le regard des investisseurs étrangers sur la France a changé. Grâce notamment aux réformes menées à l’attention des entreprises : simplification du code du Travail, baisse des impôts sur les sociétés de 33% à 25%, baisse des impôts de productions de 10 milliards d’euros par an, etc.

Reste que pour les opposants du chef de l’État, ces avantages sont des cadeaux bien coûteux faits à des multinationales qui n’en ont pas besoin…. Et puis derrière ces projets industriels, il y a aussi des craintes concernant des nuisances chimiques, pas toujours écologiques .

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.