Grandes surfaces : pas réglo les promos ?

écouter (5min)

Le magazine "60 Millions de consommateurs" a enquêté sur les réductions promises dans les grandes surfaces. Sont-elles bien appliquées ? 63 produits on été suivis, avant, pendant et après la période de promotion pour vérifier leur présence et leurs prix. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Attention aux promos en grande surface. L'enquête de "60 Millions de consommateurs" révéle sept types d'embrouille pour le consommateur.  (SOUILLARD BRUNO / MAXPPP)

Est-ce parce qu'un produit est affiché en promotion en grande surface qu'on fait forcément une bonne affaire? Eh bien, pas nécessairement. Voilà ce que démontre une nouvelle enquête de 60 Millions de consommateurs. Lionel Maugain, chef de rubrique au magazine a suivi 63 produits et découvert sept manières d'embrouiller les consommateurs.

franceinfo : Grandes surfaces, des promos pas toujours bien réglo, voilà le titre de votre étude qui s'inscrit dans un contexte de hausse des prix. Donc, ces promotions sont particulièrement recherchées et la grande distribution l'a bien compris ?

Lionel Maugain : Oui, c'est très, très important les promotions en ce moment, non seulement pour la grande distribution, pour les fournisseurs, mais également pour les consommateurs. C'est l'objectif numéro un du consommateur. Quand il se rend en magasin, c'est de trouver le prix le plus intéressant.

Et donc les grandes surfaces multiplient ces opérations de promotions. C'est une grande part de la vente des grandes surfaces que c'est bien en promotion. On comprend que les distributeurs en proposent puisque ça ramène des clients, mais donc certains abusent.

Quel est votre constat sur ces promos pas réglo ? Est ce qu'il y en a beaucoup hors des clous ?

Alors, il y en a pas mal. Moi, ce qui m'a le plus choqué à la suite de notre enquête, c'est le problème de la disponibilité du produit en promotion. On vous envoie un prospectus, vous venez pour bénéficier du produit en promotion et on a constaté que dans 20 à 30% des cas, on ne trouvait pas le produit en promotion. Donc ça, c'est non seulement inadmissible de se déplacer pour rien, mais en plus, c'est réprimé par le Code de la consommation. Donc c'est une des plus importants constats qu'on a pu faire et c'est le plus dommageable pour le consommateur.

D'ailleurs, pour le consommateur, c'est pas très facile de s'y retrouver dans les promotions parce qu'il y en a un peu de toutes sortes. Elles peuvent prendre des formes bien différentes ?

Oui, alors nous, on s'est attaché à vérifier la remise immédiate en caisse, c'est-à-dire que vous avez un prix barré, avec une promesse de remise immédiate, et on a vérifié si elle passait bien. On a acheté véritablement les produits avant, pendant et après. Mais il y a d'autres types de promotions. Vous avez les bons, les bons de réduction qui sont parfois collés sur le produit. Et puis, vous avez les remises différées, c'est-à-dire le "cagnottage" sur votre carte de fidélité.

Quels sont les les abus que l'on peut constater ? En quoi ces promos ne sont pas réglo quand elles ne le sont pas ?


D'abord, promotions, ça ne veut pas dire bonnes affaires. Ça veut dire mise en avant. Ce qu'on a constaté, c'est que entre 20 et 30% des produits n'avaient pas spécialement un prix intéressant. Ce n'est pas parce que vous mettez en avant un produit qu'il est intéressant. Ce n'est pas parce qu'il y a un prix qui est énorme qu'il est intéressant.

D'autant plus que, comme vous le dites parfois, il y a des formats atypiques et un paquet de céréales d'un kilo n'est pas forcément moins cher au kilo que le format standard. On a pu constater aussi sur des paquets de tisane un paquet de 50 sachets était plus cher en promo que le paquet de 25 sachets à l'unité ou au sachet. Donc, il n'y a pas forcément de bonnes affaires.

Et il y a aussi ce qu'on pourrait appeler des jeux d'écriture avec des prix barrés qui ne reflètent pas vraiment les prix qui étaient pratiqués avant la promotion pour donner l'illusion que le rabais est plus grand. Autre chose que vous avez constaté, et c'est assez frappant parce que ça revient beaucoup, c'est qu'après une promotion, le prix d'un produit peut augmenter assez nettement ?

On s'est rendu compte que dans 10% des cas, le produit en promo ressortait plus cher après la promotion qu'avant la promotion, et donc parfois de 20 à 25% plus cher. Donc, la promotion peut servir de paravent à une inflation du produit. Et ça, il faut vraiment en avoir conscience. Et ça va s'accélérer probablement dans les semaines qui viennent...

Est-ce que il y a des enseignes qui abusent plus que d'autres, et d'autres qui, au contraire, sont particulièrement vertueuses et fidèles à leurs promesses ?

Non, non, non. J'ai envie de dire que tout le monde, tout le monde présente des anomalies dans notre étude. Franchement, il n'y a pas de bons élèves et de mauvais élèves. On a eu beaucoup d'indisponibilité de produits. On a aussi des prix de référence et prix barrés qui ne correspondent à rien, parce qu'on n'a pas trouvé le produit avant.

Donc, quand vous avez un prix barré sur un produit qui n'existe pas avant, à quoi ça correspond ? Bon, après, ce constat est accablant. On peut vous dire que toutes les remises immédiates qu'on a cherchées, sont passées en caisse. Les remises immédiates, elles, passent. Le consommateur a tout intérêt à continuer à acheter en promotion.

Maintenant, il faut qu'il fasse très attention aux formats bizarres. Il faut aussi qui se demandent s'il a vraiment besoin de 3 paquets pour le prix de 2. On a aussi des paquets, des flacons de mayonnaise de 400 grammes qui sont vendus 3 pour le prix de 2, vous vous retrouvez avec un kilo de mayonnaise chez vous. Est-ce que c'est vraiment utile ? Il faut se poser la question. Le principal problème reste la disponibilité des produits en promotion. Et ça, c'est réprimé par la loi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.