franceinfo conso, France info

franceinfo conso. L'alimentation plaisir : quelques astuces pour manger pizza, burger et bonbons sans avoir peur de grossir

"franceinfo conso" se penche aujourd'hui sur l'alimentation plaisir. Patricia Chairopoulos du magazine "60 Millions de consommateurs" nous livre quelques astuces pour manger en se faisant plaisir tout en évitant le gras et le sucre. Pizza, burger, raclette, vous pourrez craquer !

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Les aliments plaisir nous tentent en cette période de crise qui dure...Comment les consommer sans supporter leurs mauvais côtés pour notre santé ? 
Les aliments plaisir nous tentent en cette période de crise qui dure...Comment les consommer sans supporter leurs mauvais côtés pour notre santé ?  (GETTY IMAGES / EYEEM)

Une info conso qui nous concerne tous : l'alimentation plaisir. En ce temps troublés, un peu moroses, on a parfois envie de craquer. Une bonne dose de friandises, un burger, une pizza, une raclette... C'est physiologique, cela provoque un sentiment immédiat de réconfort, mais peu après, pour certains, un sentiment de culpabilité, et la peur de grossir.

Patricia Chairopoulos a passé en revue quelques uns de ces aliments plaisir dans le dernier numéro de 60 Millions de consommateurs. Avec, à chaque fois, les conseils pour trouver le bon compromis entre santé et plaisir.

franceinfo : Commençons par le produit de saison : la raclette. En terme de nutrition, il y a du bon et du mauvais ?

Patricia Chairopoulos : Oui, et commençons par le bon, puisque la raclette, un fromage à pâte pressée non cuite, a une teneur en calcium intéressante : 630 mg pour 100 grammes, sachant qu’un adulte a besoin en moyenne d’1 gramme par jour. On peut aussi noter sa richesse en protéines, grâce à la combinaison fromage-charcuterie. Mais le côté mauvais, c’est son apport en sel, et surtout, en graisses avec le fromage et la charcuterie. Surtout qu’il s’agit d’acides gras en partie saturés, dont l’excès peut favoriser les maladies cardiovasculaires. Donc à consommer très occasionnellement.

Et vos astuces alors pour rendre une raclette entre amis un peu plus healthy ?

Au-delà de favoriser un fromage de bonne qualité, donc la vraie  raclette bénéficiant d’une indication géographique protégée, on peut alléger une raclette en remplaçant une partie ou la totalité de la charcuterie par des légumes comme les champignons, en se passant de pommes de terre, en privilégiant certaines charcuteries comme la viande de grison ou le bacon, moins grasses que le salami ou la rosette, voire en troquant la raclette contre un fromage plus maigre comme la cancoillotte.

On va passer assez vite sur les sodas. Vous le résumez avec cette formule : un verre et pas de dessert !

Juste un rappel : une canette de 33 cl contient en moyenne 35 grammes de sucre, soit l’équivalent de 6 morceaux de sucre standard...

Parlons des frites ! Bon, ce n'est pas l'aliment santé par excellence. Les astuces frites pour limiter la casse ?

En soi, la pomme de terre n’est pas mauvaise, elle est riche en amidon qui aide notamment à maintenir la satiété. Mais la cuisson à l’huile change la donne ! Outre de tripler l’apport calorique de la pomme de terre, cette cuisson détruit les vitamines B et peut générer des composés néfastes pour la santé, en particulier l‘acrylamide.

Donc pour limiter la casse, une première "astuce" consiste à cuire d’abord les pommes de terre au four ou à la vapeur, avant de les plonger brièvement dans un bain d’huile, plutôt de pépin de raisin ou d’arachide, qui supportent bien les hautes températures. Après cuisson, il faut les éponger avec un papier absorbant, limiter l’usage des sauces qui ajoutent des graisses, et donc des calories. Et enfin, pour accompagner un plat, faire moitié frites, moitié légumes pour alléger le plat et apporter des fibres.

Pour la pizza, le conseil c'est de la faire "maison" pour bien maîtriser ce qu'on y met !

La pizza peut être un plat intéressant selon sa garniture : elle apporte des glucides complexes avec la pâte, des protéines animales ou végétales, du calcium et des fibres avec les légumes. Mieux vaut éviter celles qui sont garnies avec fromages, crème et charcuterie. Et privilégier les petits formats, en se limitant si possible à une portion hebdomadaire. L’idéal est de la confectionner soi-même : on a la main sur les ingrédients, de préférence frais, de qualité et de saison, tout en évitant les divers additifs.

Le burger : en poussant un peu, on pourrait presque en fait un plat sain...

Et oui ! Composé d’un féculent, le pain, d’une portion de viande, de légumes et de fromage, il constitue un plat complet. Mais le fromage, la viande rouge et les sauces apportent d’un autre côté beaucoup de matières grasses... Notre conseil, au restaurant ou à la maison, c'est de choisir des burgers élaborés avec des produits sains ; de modérer l’usage des condiments riches en gras, sucre et sel comme la mayonnaise ou le ketchup ; de préférer des pains burger complets ; de choisir des steaks 5% ou pourquoi pas, de la volaille ; et de diversifier l’accompagnement avec des légumes ou des crudités.

On passe à d'autres aliments qui nous placent face à nos principes : les plaisirs sucrés. Bonbons et pâte à tartiner ! Comment limiter la casse alors avec les bonbons ?

Nutritionnellement, le bonbon vaut zéro. C’est un concentré de sucres simples, donc des calories vides...Essayons au moins de choisir des bonbons avec le moins d’additifs possible et des concentrés de fruits à la place des arômes de synthèse. Les manger plutôt en fin de repas ou de goûter pour ne pas s’en remplir l’estomac. Si vous tombez dans un paquet de bonbons, restreignez les apports en sucre le reste de la journée, en évitant les pâtisseries, les sodas ou les jus de fruits. Préparez une petite portion dans un bol plutôt que de présenter le paquet. De toutes façons, à limiter pour certaines occasions seulement !

Et maintenant les pâtes à tartiner. C'est un dossier entier dans le dernier numéro de 60 Millions de consommateurs. "Dans ce vaste rayon, les gourmands ne savent pas toujours où donner de la tête", écrivez-vous... 

Les pâtes à tartiner sont des bombes énergétiques ? Vous testez 14 pâtes à tartiner différentes. Quels sont les critères pris en compte ?

D’une part la composition, à savoir les quantités de sucre, de gras, et la présence ou non d’huile de palme. Et d’autre part, nous avons soumis ces 14 pâtes à tartiner à une dégustation à l’aveugle auprès de 60 consommateurs, amateurs de ces produits.

Les notes sont très regroupées. Entre 13,5 et 10,5. Mettons les pieds dans le pot de Nutella. À quelle place arrive la pâte à tartiner du groupe Ferrero ?

Il arrive en 4e position, derrière une autre marque nationale et deux marques de distributeurs. C’est sa composition qui le pénalise, étant plus gras que d’autres et contenant de l’huile de palme, ce qui est désormais devenu minoritaire dans ce rayon.

En revanche, il faut admettre que son goût et sa texture ont séduit nos jurés, même s’ils l’ont jugée trop sucrée et trop grasse, comme beaucoup d’autres produits. En gros, sa formulation simple et au goût relativement neutre, ni trop cacaoté, ni trop chargé en noisettes, est appréciée.

Globalement qui sont les bons et les mauvais élèves ?

En termes nutritionnels, les bons élèves ne sont pas forcément ceux qui ont été les plus appréciés. Et il n’y a pas de corrélation entre une bonne composition et les marques bio ou encore avec les marques nationales comme Nutella. Sur le plan gustatif, les mauvais élèves, si je puis dire, sont ceux qui essaient de se distinguer, par exemple en ajoutant plus de noisettes ou plus de cacao ; de ce fait, ils peuvent avoir une texture moins lisse que les favoris.

Les aliments plaisir nous tentent en cette période de crise qui dure...Comment les consommer sans supporter leurs mauvais côtés pour notre santé ? 
Les aliments plaisir nous tentent en cette période de crise qui dure...Comment les consommer sans supporter leurs mauvais côtés pour notre santé ?  (GETTY IMAGES / EYEEM)