Vaccination contre le Covid-19 : l'Italie lance une campagne pour la quatrième dose, l'Inde pour la troisième

écouter (6min)

Dans le club des correspondants, franceinfo passe les frontières pour voir ce qui se passe ailleurs dans le monde. Aujourd'hui nous partons à Rome et New Delhi, qui ont adopté des stratégies vaccinales différentes.

Article rédigé par
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Une soignante administre une dose de vaccin contre le Covid-19 à une patiente à New-Delhi (Inde), le 10 avril 2022. (MONEY SHARMA / AFP)

Alors que le gouvernement français a donné son feu vert, jeudi 7 avril, pour une quatrième dose de vaccin contre le Covid-19 pour les personnes de 60 ans et plus, le club des correspondants s'intérresse aux stratégies vaccinales des autres pays. Direction l'Italie et l'Inde.

L'Italie s'interroge sur sa stratégie vaccinale à long terme

En Italie, la campagne pour la 4e dose de vaccin contre le Covid-19 a commencé cette semaine. Mais une autre stratégie vaccinale se dessine déjà pour l'automne prochain. C'est à l'automne que le nombre d'infections pourrait de nouveau augmenter, selon les autorités sanitaires qui s'y préparent. Le directeur de l'Agence du médicament souhaite passer à la phase de rappel annuel. On ne parlera plus de troisième, quatrième ou cinquième dose, le vaccin contre le Covid-19 deviendrait comme le vaccin contre la grippe.

Mais qui sera vacciné ? Faut-il vacciner toute la population une fois par an ou bien seulement les plus de 50 ou 60 ans ? La décision n'est pas encore prise. L'Agence du médicament espère disposer d'ici la fin de l'été d'un vaccin adapté aux nouveaux variants en plus du vaccin contre la grippe. Et le débat a récemment rebondi au moment d'administrer la 4e dose.

Depuis le début de la semaine, les personnes de plus de 80 ans et les personnes fragiles de 60 ans et plus peuvent recevoir leur quatrième dose. Le ministère de la Santé la conseille en se basant sur une étude israélienne selon laquelle la 4e dose chez les personnes âgées protège quatre fois plus. Chez les plus de 60 ans c'est trois fois plus. En revanche pas d'effet notoire sur les jeunes et les personnes en bonne santé. C'est donc pour cela que la question se pose de savoir qui vacciner chaque année. Le conseiller santé du ministre de la Santé, lui, préconise un vaccin pour tous. 

Plus largement, les autorités italiennes insistent beaucoup sur l'intérêt de la vaccination avec des chiffres à l'appui. Un rapport qui vient de paraître indique que 150 000 morts ont été évitées dans le pays. L'institut supérieur de la santé, l'organisme de référence en Italie, a utilisé les mêmes méthodes que pour le vaccin contre la grippe en Italie sur une période d'un an de fin décembre 2020 à janvier 2022. La conclusion est donc de 150 000 vies épargnées mais aussi un demi-million d'hospitalisations. Dans le même temps, l'Institut supérieur de la santé nous apprend que le nombre de décès dus au Covid-19 a été surestimé de 10% : 16 000 personnes sur 160 000 sont mortes avec le Covid-19, mais pas du Covid-19.

L'Inde lance une nouvelle campagne payante

En Inde, 2e pays le plus peuplé du monde, le gouvernement vient de lancer la campagne de rappel de vaccination contre le Covid-19 pour toute la population adulte, dans le but d’éviter une reprise de l’épidémie. Environ 800 millions de personnes sont donc maintenant éligibles pour recevoir cette 3e dose. Et contrairement aux campagnes précédentes, cette injection est pour l’instant payante pour la majorité de la population.


C'est donc dans les hôpitaux privés que ces adultes peuvent se faire vacciner. Nous nous sommes rendus dans l'hôpital de Moolchand, dans le sud de New Delhi. Il est 14h, il fait 40 degrés à l’ombre, et une tente a été érigée en extérieur, sur le campus de l’hôpital. Devant cette tente, une dizaine de voitures attendent, moteurs allumés. Car ici, on se fait vacciner depuis l’intérieur de son véhicule climatisé, une sorte de vaccination "drive" Un service qui attire la population aisée, comme cet homme d’affaires trentenaire : "Je n’ai pas de temps pour me faire vacciner,  j’ai trop de travail."

"Cette formule est confortable et rapide. Il faut payer mais c’est pratique."

Un Indien se faisant vacciner en "drive" à l'hôpital

à franceinfo

Cet hôpital privé facture 680 roupies, soit 8 euros la vaccination. L’équivalent d’une journée de travail d’un ouvrier indien. Cette 3e dose, appelée"dose de précaution" en Inde, n’est pour l’instant gratuite que pour les plus de 60 ans, les personnels de santé et policiers, qui ne représentent qu’une infime minorité de la population indienne. Dans tous les cas, une personne n’est éligible que si sa dernière vaccination remonte à plus de neuf mois. 

Raman Shabra, 42 ans, s’est empressé de venir : "Ma dernière injection date d’il y a 10 mois, donc je suis déjà en retard sur mon rappel. Je dois aller régulièrement au bureau, donc je fais très attention. Cette dose de rappel devrait être obligatoire pour tous." Plus d’un an après l’ouverture de la vaccination pour tous, près de 83% de la population indienne de plus de 15 ans a reçu deux doses. Le pays  enregistre ces jours-ci moins de 1 000 cas quotidiens de Covid-19, soit le taux le plus bas depuis le début de la pandémie. Mais les contaminations recommencent à augmenter à New Delhi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.